Au moins 15 Morts Dans Des Affrontements Ethniques En RDC – locales Source

Lubumbashi – Au moins 15 personnes de la communauté bantou de la RD Congo ont été tuées jeudi dans une attaque attribuée aux Pygmées dans une région du sud-est qui a connu des affrontements ethniques répétés, selon des sources locales.

“Des affrontements entre Bantous et Pygmées dans le village de Piana Mwanga ont laissé 15 morts Bantus, 37 blessés et 65 maisons brûlées”, a déclaré à l’AFP Paul Kwanga, évêque de la ville de Manono, dans le sud-est du pays.

Kamona Lumuna, ministre de l’Intérieur de la province du Tanganyika, où l’assaut a eu lieu, a confirmé l’attaque, mais a précisé que le bilan précis n’était pas encore connu.

“Une équipe sera envoyée demain pour enquêter sur ce qui s’est réellement passé dans le village”, a déclaré Kamona à l’AFP par téléphone.

Le leader local de la société civile Modeste Kubali a déclaré que 17 personnes avaient été tuées et 47 blessées, avec 65 maisons incendiées.

“Le village a été vidé de sa population et les blessés ont été abandonnés à leur triste sort”, a déclaré Kubali.

Les Pygmées du groupe ethnique Twa cherchent à reconnaître l’égalité des droits avec les autres citoyens de la vaste République démocratique du Congo, mais ils entrent régulièrement en conflit avec les Bantous qui les considèrent comme de seconde classe.

Cycle de tueries de vengeance

Depuis décembre 2013, le nord du Katanga – une région aussi vaste que l’Espagne, divisée en quatre provinces en 2015, y compris le Tanganyika – a été le théâtre de multiples affrontements mortels entre les Pygmées et les Bantous du groupe ethnique Luba.

En octobre, 20 personnes ont été tuées dans trois jours d’effusion de sang sur une taxe payée à Bantus sur la récolte des chenilles – un aliment de base pour les Pygmées.

Ces dernières années ont vu un cycle de massacres de vengeance, de pillage et de brûlage de villages entiers.

Plus de 200 personnes ont été déclarées mortes dans la violence en 2014-2015 et des dizaines de milliers ont fui les combats qui ont mis des arcs et des flèches contre des lames de machette.

En septembre, quatre Bantous ont été condamnés à 15 ans de prison pour crimes contre l’humanité sur le conflit.

Les tensions entre les deux peuples remontent à l’indépendance de la RDC en 1960, les Bantous accusés d’exploiter les chasseurs-cueilleurs, de leur payer de maigres salaires ou de les payer dans l’alcool et les cigarettes pour travailler la terre.

Aujourd’hui, le mode de vie nomade des Pygmées chasseurs-cueilleurs est menacé par la déforestation, l’exploitation minière et l’expansion des terres agricoles bantoues.

Le flambeau de la violence vient après une année de calme relatif à la suite de discussions médiatisées par les autorités locales et la mission de l’ONU en RDC, Monusco