Affaire Olivier Mpunga en RDC: quatre officiers de police condamnés dont trois à perpétuité

affaire olivier mpunga en rdc: quatre officiers de police condamnés dont trois à perpétuité 61c7c6c3e19ee.jpeg
affaire olivier mpunga en rdc: quatre officiers de police condamnés dont trois à perpétuité 61c7c6c3e19ee.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Quatre officiers des services de renseignement de la police ont été condamnés dans la nuit du vendredi 24 décembre au samedi 25, dont trois à perpétuité. Ils ont été reconnus coupables du meurtre d’un homme d’une trentaine d’années mort sous la torture, alors qu’il avait été arrêté pour le vol d’un véhicule.                </p><div readability="74.140456699698">

                <p><em>Avec notre correspondant à Kinshasa</em>, <strong>Pascal Mulegwa</strong>

Les bourreaux ont été confondus par une vidéo qu’ils avaient eux-mêmes tournée pendant qu’ils infligeaient des sévices à Olivier Mpunga dans les locaux de la police. Le procès aura duré moins d’une semaine devant la Haute cour militaire de Kinshasa.

Plus haut gradé parmi les quatre condamnés : le commissaire supérieur principal Samuel Mopepe, chef des opérations à la Direction générale des renseignements et services spéciaux (DGRSP) de la police. C’est lui qui a donné l’ordre à ses subalternes de torturer Olivier Mpunga, d’après le ministère public.

80 000 dollars de dommages à la famille de la victime

Il écope donc d’une peine de prison à vie. Même condamnation pour les deux officiers de police judiciaire qui ont maltraité le jeune homme. Le quatrième, le commissaire Morgan Shongo, écope lui de 10 ans de prison.

Tous doivent, en plus, verser, chacun, 80 000 dollars de dommages à la famille de la victime. L’avocat des proches d’Olivier Mpunga, Maître Peter Kazadi, regrette cependant que l’État congolais n’ait pas été reconnu responsable par la justice et, à ce titre, sommé de verser des dommages et intérêts. Autre regret exprimé par l’avocat : que le propriétaire de la voiture volée et qui a amené Olivier Mpunga devant ses bourreaux n’ait pas été, lui aussi, condamné malgré les réquisitions du parquet. 

Bavures en série

Les autorités congolaises, la police et les organisations de la société civile, elles, saluent la tenue de ce procès en flagrance avec l’espoir qu’il contribue à prévenir de nouveaux drames. Arrestation brutale d’un ancien gouverneur, mort d’un réalisateur de télévision touché par une balle perdue à Kinshasa, décès de civils lors de la répression de manifestations dans l’Est, etc, ces dernières semaines la police est mise en cause par la société civile pour des bavures imputées à ses éléments.

► À lire aussi : RDC: la mort du jeune Olivier Mpunga dans les locaux du renseignement suscite l’indignation

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :