Afrique du Sud: le Dalaï Lama «entretenait une relation très étroite avec Desmond Tutu»

afrique du sud: le dalaï lama «entretenait une relation très étroite avec desmond tutu» 61cfafc8e3f62.jpeg
afrique du sud: le dalaï lama «entretenait une relation très étroite avec desmond tutu» 61cfafc8e3f62.jpeg

Publié le :

                Le Dalaï Lama en avait fait « <em>son frère aîné spirituel</em> ». Desmond Tutu, mort à l’âge de 90 ans, partageait une amitié forte avec le chef spirituel des Tibétains, au point d'inspirer un livre best-seller et un documentaire. À sa mort, le Dalaï Lama a salué «<em> un grand homme, qui a vécu une vie pleine de sens</em> ». Tashi Phuntsok, représentant du Dalaï Lama, en charge du Bureau du Tibet à Bruxelles, est notre invité.                </p><div readability="96.341921794483">

                <p><strong>RFI</strong> <strong>: Comment le Dalaï Lama a-t-il réagi à l'annonce de la mort de Desmond Tutu ?</strong>

Tashi Phuntsok : Sa Sainteté entretenait une relation très étroite avec l’Archevêque Tutu pendant de nombreuses décennies. Dès qu’il a appris la nouvelle de son décès, il a immédiatement envoyé un message de condoléances à sa fille, Mpho Tutu, dans lequel Sa Sainteté désignait Tutu comme son frère spirituel aîné et ami proche.

Lorsque les deux hommes étaient ensemble, ils jouaient et s’amusaient comme des enfants. Certes, ils sont connus pour leur humour, mais la joie qu’ils dégageaient lorsqu’ils étaient ensemble dépassait largement celle de leurs autres rencontres.

Comment expliquez-vous leur amitié ?

Tous les deux partageaient une vision très globale de l’humanité. Ils considéraient le monde comme un et indivisible, les gens comme un seul et même peuple, et ne voyaient pas les différentes croyances comme un obstacle dans les relations humaines.

Deuxièmement, ayant tous les deux subi des épreuves et la répression, ils partageaient une même détermination à améliorer la situation de leur peuple. Dans le cas de l’archevêque, il s’agissait de lutter contre l’apartheid ; et pour sa Sainteté le Dalaï Lama, il s’agit d’apporter la dignité au peuple du Tibet qui est sous l’occupation de la Chine.

Face à la Chine, Desmond Tutu prenait toujours parti pour le Dalaï Lama. On se souvient de sa colère en 2011 lorsque le chef spirituel des Tibétains s’est vu refuser un visa pour assister à son anniversaire. Que retenez-vous de cet épisode ?

« Arch », comme l’appelaient les Sud-Africains, était consterné par la façon dont le gouvernement a refusé d’accorder un visa à sa Sainteté le Dalaï Lama. Il s’est bien sûr élevé contre cette décision. À l’inverse de cela, sa Sainteté a invité l’archevêque en Inde où ils ont fêté son anniversaire de façon grandiose et en public à Dharamsala.

Faut-il retenir que le Dalaï Lama n’est pas le bienvenu en Afrique du Sud ?

En 1999, lorsque j’étais en Afrique du Sud, j’organisais une visite de Sa Sainteté le Dalaï Lama et nous avions un rendez-vous confirmé avec le président Thabo Mbeki. Mais un an avant la visite, la réunion a tout simplement été annulée. Puis la pression de la Chine est devenue plus évidente et il y a eu de moins en moins de liens officiels établis. Depuis 2004, il n’y a eu aucune visite de Sa Sainteté en Afrique du Sud malgré de nombreuses opportunités.

Quel souvenir gardez-vous de Desmond Tutu ?

Ses grâces. J’en ai vues à de nombreuses occasions. Par exemple en 1998 lorsque nous étions ensemble sur l’île de Robben pendant deux jours pour un PeaceJam, une mission de formation des jeunes. Chaque fois que j’avais des difficultés, il était la personne à qui je pouvais m’adresser et je me souviens affectueusement de ses bénédictions et ses grâces, que l’on ne peut qu’apprécier à leur juste valeur.

 À écouter : Entretien – Afrique du Sud: «Avec Desmond Tutu, il y a eu des changements radicaux» dans les Églises

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :