Afrique du Sud: retour réussi pour le Comrades Marathon après deux ans d’absence

afrique du sud: retour réussi pour le comrades marathon après deux ans d’absence 630c183754668.jpeg
afrique du sud: retour réussi pour le comrades marathon après deux ans d’absence 630c183754668.jpeg

Publié le :

                Après deux ans de pause dus au Covid, le plus long et le plus vieux des ultra-marathons a vu 15 888 coureurs réussir à avaler les près de 90 km qui séparent la ville de Pietermaritzburg à Durban.                </p><div readability="67.299382716049">

                <p><em>Avec notre correspondant à Johannesburg,</em> <strong>Romain Chanson</strong>

Partis à 5h30 du matin, les 15 888 participants au Comrades Marathon avaient jusqu’à 17h30 pour franchir la ligne d’arrivée et obtenir une médaille. Une course qui a la particularité d’alterner entre le sens de la montée et sens de la descente. Cette année, c’était une longue descente vers l’océan Indien.

Et quand vous ne pouvez plus courir, vous pouvez toujours ramper. Lâchée par ses jambes, une coureuse s’est mise à quatre pattes pour parcourir les dix derniers mètres qui la séparaient de l’arrivée. Tous n’auront pas cette force. Un marathonien a dû être évacué à seulement 150 mètres de la ligne. Sans parler de cet homme qui a manqué la médaille des finishers pour être arrivé une seconde après 17h30. Pas dégouté, il a promis de revenir l’année prochaine, car les coureurs du Comrades sont animés par un esprit de revanche.

Prenez la Russe Alexandra Morozova : trois jours avant la course, elle apprenait qu’elle était bannie de la compétition. Une sanction liée à l’invasion russe de l’Ukraine. La veille du départ, elle remportait une bataille juridique, courait le lendemain et devenait la première femme à franchir la ligne d’arrivée en 6:17:48 contre 5:30:38 pour le vainqueur masculin, le Sud-Africain Tete Dijana.

Alors pourquoi courir 90 km ? Pour tout ça, ces défis, ces revanches… Ou pour faire sa demande en mariage. « Prudence, veux-tu m’épouser, je cours ces 90 km pour toi », pouvait-on lire sur la bannière portée par Joseph, un coureur arrivé à bon port. La vie en couple est une course de fond, disent certains. Joseph a sans doute voulu ainsi prouver qu’il savait tenir la distance.

            </div>
Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :