Afrique du Sud: un Noël moins faste qu’avant le Covid pour les plus pauvres

afrique du sud: un noël moins faste qu’avant le covid pour les plus pauvres 61c67678ae26e.jpeg
afrique du sud: un noël moins faste qu’avant le covid pour les plus pauvres 61c67678ae26e.jpeg

Publié le :

                L’Afrique du Sud est aussi à la fête, en ce 25 décembre. Le pays, en plein été austral, célèbre Noël autour d’un bon repas en famille. Mais la situation économique est venue assombrir les festivités. L'Afrique du Sud, l’une des nations les plus inégalitaires au monde, était déjà en récession avant la pandémie et a été fortement touchée par la crise. Le variant Omicron et les émeutes de juillet ont un peu plus plombé la croissance, qui devrait être moins élevée que prévue en 2021. C’est donc un Noël moins faste qu’avant la crise pour les ménages les plus défavorisés dans les townships.                </p><div readability="79.533742331288">

                <p><em>Avec notre correspondante à Johannesburg,</em> <strong>Claire Bargelès</strong>

Percy est venu faire ses dernières courses de Noël avec un ami. Mais sur le parking de ce supermarché de Soweto, son coffre est trop vide à son goût.

« Les prix sont trop élevés. On essaye de trouver de quoi ajouter un peu, parce que là, il n’y vraiment pas assez. Pourtant, on a dépensé près de 170 euros, mais voilà… »

Comme près de 35% de la population, Percy est au chômage. Il a perdu son emploi de cuisinier pendant la pandémie. 

Quelques voitures plus loin, Linda revient avec un charriot à moitié rempli. « On met l’argent en commun avec ma famille, mais c’est quand même un Noël plus petit à cause de l’économie. On a juste acheté l’essentiel, c’est tout. Mais je suis contente de ce que j’ai. »

Même Junia, une mère de famille qui s’y prend toujours à l’avance, à dû revoir son budget à la baisse cette année. « Je planifie très tôt, souvent deux ou trois mois avant Noël. Mais j’ai essayé de réduire par rapport à d’habitude, je dirais peut-être de 40%. Par exemple j’achète toujours des feux d’artifice pour les enfants, mais pas cette année, car je n’ai pas assez d’argent. »

Grâce à des achats en gros, elle a quand même pu faire le plein. « Là par exemple, c’est de l’huile, et j’ai acheté un carton entier. Et là toute cette poudre de maïs, pour faire du pap. Ce ne sont pas les quantités que je souhaiterais, mais bon, c’est mieux que rien. »

Tous se réjouissent quand même d’avoir de quoi se retrouver en famille, autour d’un repas, après une année difficile.

►Lire aussi : En Afrique, les préparatifs de Noël se suivent et ne se ressemblent pas

            </div>
Total
7
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :