Afrique du Sud: un violent incendie ravage le Parlement installé au Cap

afrique du sud: un violent incendie ravage le parlement installé au cap 61d25398a11ff.jpeg
afrique du sud: un violent incendie ravage le parlement installé au cap 61d25398a11ff.jpeg

Publié le :

                Ce dimanche 2 janvier, au Cap, un incendie s’est déclaré dans le complexe qui abrite les deux chambres du Parlement sud-africain, des bâtiments classés comme site historique par le pays. Le feu s'est déclaré vers 5 heures du matin, heure locale, dans cette zone située à quelques mètres de la cathédrale St George où se sont déroulées la veille les funérailles de l’archevêque Desmond Tutu. L'enceinte de l'Assemblée nationale où siègent les députés a été entièrement détruite.                </p><div readability="106.28571428571">

                <p><em>Avec notre correspondante au Cap, </em><strong>Claire Bargelès</strong> 

De la fumée s’échappe encore des tuiles et des fenêtres au-dessus du fronton de cette Assemblée nationale. Les pompiers continuent de s’affairer et grimpent, avec leurs lances à eau, les marches sur lesquelles sont gravées les valeurs de la Constitution.

Ils sont sur le pont depuis très tôt, ce dimanche matin, pour sauver les bâtiments touchés en premier, les bâtiments les plus anciens qui datent de 1885 et désormais, ils tentent de contrôler le feu qui s’est propagé au siège de la Chambre basse.

En milieu d’après-midi, le porte-parole du Parlement, Moloto Mothapo, déclarait que  « la chambre où les membres siègent » avait « entièrement brûlé », ajoutant que « l’incendie n’est pas encore éteint ».

Les flammes n’ont pas fait de victimes, selon les autorités. Le président Cyril Ramaphosa, présent sur place, regrette cet événement désastreux, au lendemain de la cérémonie d’adieu à Desmond Tutu et ajoute que l’archevêque aurait été accablé par la nouvelle, alors que les dieux sont garants de la démocratie sud-africaine.

Le président Cyril Ramaphosa, venu évaluer les dégâts, regrette l’événement qu’il qualifie de « dévastateur », et indique qu’un homme a été arrêté et entendu par la police, en lien avec cet incendie. 

                </span>
            </figcaption>
                </div>
<p>Une enquête est en cours pour savoir quelles sont les origines de cet incendie. 

Ces derniers mois, la ville du Cap a été plusieurs fois aux prises avec des incendies. En avril, un feu parti de la Montagne de la Table, s’était propagé jusqu’à la principale université de la ville, détruisant sa précieuse bibliothèque. Et un mois plus tôt, un incendie s’était déjà déclaré au sein de ce même Parlement.

Quelques cendres volettent autour de cet habitant se souvenant de l’histoire du bâtiment : « Ces bâtiments ont été construits à l’époque coloniale britannique, puis le gouvernement de l’apartheid y a fait voter toutes ces lois très répressives, dans ce même édifice, et maintenant notre démocratie y repose. Ça me rendrait triste pour n’importe quel bâtiment historique. Ils vont le rénover, mais je ne pense que cela ne sera jamais comme avant. »


Cela fait partie de notre héritage et c’est très triste de voir cela se produire… sans cela, il n’y a rien à montrer à nos enfants et aux futures générations pour raconter l’histoire de notre pays…

Incendie du Parlement au Cap : Reportage

L’opposition réclame désormais des réponses de la part du gouvernement sur l’origine du sinistre, alors que des dispositifs anti-incendie n’ont pas fonctionné.

Le discours annuel du président devant le Parlement sera quant à lui bien maintenu en février, mais devra se dérouler dans un lieu à l’extérieur de l’Assemblée. 

Le parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF), troisième parti du pays, profite du sinistre pour réclamer le déménagement du Parlement dans la ville de Pretoria, là où se trouve la présidence. 

<div class="m-em-image">

Une vue générale du bâtiment du Parlement sud-africain où s'est déclaré un incendie à Cape Town, le 2 janvier 2022.
Une vue générale du bâtiment du Parlement sud-africain où s’est déclaré un incendie à Cape Town, le 2 janvier 2022. AFP – OBED ZILWA
    </div>


            </div>
Total
10
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :