Algérie: le président Tebboune propose «un travail de mémoire» commun sur la colonisation française

algérie: le président tebboune propose «un travail de mémoire» commun sur la colonisation française 62cb7ee9c9c07.jpeg
algérie: le président tebboune propose «un travail de mémoire» commun sur la colonisation française 62cb7ee9c9c07.jpeg

Publié le :

                Un an et demi après la remise de son rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, l'historien français Benjamin Stora a été reçu par Abdelmadjid Tebboune, à la veille du soixantième anniversaire de l'indépendance algérienne qui a eu lieu le 5 juillet 1962. Le président algérien propose un « <em>travail de mémoire</em> » commun entre la France et l'Algérie sur toute la période de la colonisation française, a indiqué Benjamin Stora à nos confrères de l'Agence France Presse.                </p><div readability="63.079345088161">

                <p>« <em>C'est la première fois qu'il y avait une discussion au fond</em> », côté algérien, sur ces questions mémorielles, depuis la <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210120-colonisation-et-guerre-d-algérie-le-rapport-stora-écarte-toute-idée-de-repentance-pour-la-france" target="_self" rel="noopener">publication du rapport</a></strong>, en janvier 2021, indique Benjamin Stora, quelques jours après avoir été reçu par Abdelmadjid Tebboune, pendant plus d'une heure.

Selon l’historien français, cité par l’AFP, le président algérien lui a expliqué « l’importance majeure d’un travail de mémoire sur toute la période de la colonisation », un avis qu’affirme partager Benjamin Stora pour qui « on ne peut pas rester prisonnier d’une seule date, 1962. Il faut élargir le champ de réflexion. »

Il rappelle que la guerre de conquête qui a duré près d’un demi-siècle, entre 1830 et 1871, a été très meurtrière et marquée par la mise en place d’une colonie de peuplement.

L’historien français note un « changement de ton » entre Paris et Alger et note « une volonté de poursuivre un dialogue. »

Si les deux pays ont traversé une crise diplomatique, en fin d’année dernière, l’heure semble au réchauffement progressif des relations.

Dans la lettre d’Emmanuel Macron remise à son homologue Abdelmadjid Tebboune, le chef de l’État français évoque une « prochaine » visite en Algérie.

A écouter aussi Benjamin Stora : « La guerre d’Algérie soulève encore des passions du fait de profondes blessures »

            </div>
Total
15
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :