Antony Blinken en Afrique du Sud: «Pretoria est un partenaire vital»

antony blinken en afrique du sud: «pretoria est un partenaire vital» 62f1b9eb86471.jpeg
antony blinken en afrique du sud: «pretoria est un partenaire vital» 62f1b9eb86471.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Anthony Blinken est en visite sur le continent africain. Le secrétaire d'État américain est arrivé en Afrique du Sud, dimanche 8 août. Cette visite vise à relancer le dialogue avec l'Afrique qui avait disparu sous la présidence de Donald Trump, mais elle visite aussi à contrecarrer l'influence russe sur le continent. Rappelons que, fin juillet, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov s'est rendu au Congo-Brazzaville, en Ouganda, en Égypte et en Éthiopie.                </p><div readability="121.21710691824">

                <p>L’Afrique du Sud est ainsi la première étape de cette tournée, pays stratégique pour Washington. En effet, depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, Pretoria a adopté une position neutre et a refusé de se joindre aux appels occidentaux à condamner Moscou.

Rappelons que les relations entre Washington et Pretoria ont parfois été tendues dans le passé. Ainsi, l’Afrique du Sud n’a jamais digéré l’intervention militaire de l’Otan en Libye, en 2011.

Par ailleurs, historiquement, l’ANC, parti au pouvoir, a été proche du bloc soviétique et, depuis dix ans, l’Afrique du Sud est membre du BRICS qui regroupe les économies dites émergentes dont la Russie et la Chine. 

Washington souhaite donc renforcer les liens avec l’Afrique du Sud. « Pretoria est un partenaire vital », a insisté, ce lundi matin, Antony Blinken à l’issue de sa rencontre avec la chef de la diplomatie sud-africaine, Naledi Pandor.

« Étant donné votre poids économique, votre leadership, votre appartenance au G20, votre influence au sein du G77, étant donné le travail crucial qu’entreprend l’Afrique du Sud dans des domaines comme la santé, le climat, la démocratie, la sécurité régionale et tellement d’autres sujets, ce que dit l’Afrique du Sud, ce que fait l’Afrique du Sud a un impact important. Tout cela rend vital ce dialogue stratégique entre nos pays », a déclaré Antony Blinken.

                </span>
            </figcaption>
                </div>
<p>De son côté, Naledi Pandor a indiqué qu’ils avaient eu des discussions très franches, même si parfois ils n’étaient pas d’accord et, a-t-elle ajouté : « <em>cela n’a pas affecté notre amitié</em>. »

Publiquement, pas un mot sur l’Ukraine, mais on imagine que cela fait partie des désaccords évoqués.

Les États-Unis réorientent leur politique africaine

<div class="m-em-image">

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken prononce un discours sur la stratégie américaine pour l'Afrique au campus Future Africa de l'Université de Pretoria, le 8 août 2022.
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken prononce un discours sur la stratégie américaine pour l’Afrique au campus Future Africa de l’Université de Pretoria, le 8 août 2022. REUTERS – POOL
    </div><p>Un peu plus tard, ce lundi, dans un discours à l’Université de Pretoria, Antony Blinken a affirmé que « <em>Les États-Unis ne dicteront pas les choix de l’Afrique et personne d’autre ne devrait le faire.</em> »

Les États-Unis et les pays africains ne pourront atteindre leur objectif commun comme se relever de l’épidémie Covid ou bien s’attaquer au changement climatique « si l’on ne travaille pas ensemble d’égal à égal », a fait savoir le secrétaire d’État américain. Pour cela, il a dévoilé une nouvelle stratégie américaine pour les années à venir.

« Washington ne considère pas l’Afrique comme un terrain où s’affrontent les grandes puissances. Ce n’est pas comme cela que nous voyons notre engagement sur le continent », s’est-il défendu, tout en accusant Moscou et Pékin de créer de l’instabilité sur le continent pour en retirer un avantage stratégique et financier.

Blinken s’est défendu d’imposer un choix entre ces deux puissances et le bloc occidental, mais a regretté le recours au pouvoir autoritaire.

Signe de ce nouvel intérêt des États-Unis pour le continent, un sommet américano-africain prévu le 13 décembre prochain à Washington.

À lire aussi: Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken entame sa tournée africaine par l’Afrique du Sud

Le secrétaire d’État américain se rendra, mardi 9 août, en République démocratique du Congo puis, le lendemain, au Rwanda.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :