Au Bénin, neuf personnes arrêtées sur fond de rumeurs de coup d’Etat

Le président du Bénin, Patrice Talon, lors d’une conférence organisée par le Fonds monétaire international à Diamniadio, au Sénégal, le 2 décembre 2019.

Un putsch avorté a-t-il eu lieu au Bénin fin juin ? Des rumeurs persistantes circulent depuis le début de la semaine, mais les autorités restent vagues. « Certains de nos compatriotes ont effectivement été déférés devant la juridiction compétente, celle chargée des actes de terrorisme », a confirmé Alain Orounla, le porte-parole du gouvernement, à l’issue du conseil des ministres, mercredi 1er juillet au soir, précisant toutefois que l’affaire est « en phase d’instruction et rien ne confirme que ces différents individus s’apprêtaient à perpétrer quoi que ce soit ».

Lire aussi Au Bénin, quatre ans après l’élection de Patrice Talon, la dérive autoritaire

Selon une source au sein de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme au Bénin (Criet), une cour de justice spéciale mise en place sous la présidence de Patrice Talon, ce sont neuf personnes, militaires et civils, qui ont été placées sous mandat de dépôt. Parmi elles figure le chauffeur du colonel Montan Kérékou, fils de l’ancien président Mathieu Kérékou. Les militaires mis en cause ne seraient pas de hauts gradés. « Ils ont été mis sur écoute et ils étaient filés à leur insu. Le projet était avancé et ils envisageaient d’aller au Nigeria acheter des armes », assure l’instruction.

Suspicion de terrorisme

Les rumeurs faisaient également état de l’implication d’« étrangers mêlés au projet de coup d’Etat », mais la Criet a démenti cette information, assurant que deux Pakistanais avaient bel et bien été arrêtés dans le nord du Bénin pour suspicion de terrorisme « dans cette zone sensible très islamisée » mais que les deux affaires n’étaient pas liées.

Une source au sein de l’armée a de son côté confirmé à l’AFP que « plusieurs militaires sont en détention pour des faits divers et variés ». « Il serait difficile de lier ces faits, dont la plupart sont en instruction, à une tentative de coup d’Etat », a néanmoins temporisé un haut gradé à l’état-major, sous couvert d’anonymat.

C’est la deuxième fois sous la présidence Talon qu’est évoquée une tentative de coup d’Etat. En août 2019, une affaire similaire avait déjà fait grand bruit au lendemain de la célébration de la fête de l’indépendance et des militaires avaient été arrêtés sans qu’il y ait de suite dans ce dossier. Le président Patrice Talon est accusé par ses détracteurs d’avoir engagé le Bénin, pays réputé comme un exemple démocratique en Afrique de l’Ouest, dans un tournant autoritaire.

Le Monde avec AFP

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :