Au Kenya, le coronavirus affecte durement la communauté masai, très dépendante du tourisme

A Talek, au Kenya, le 24 juin 2020. Ce village masai fait partie de la réserve nationale du Masai Mara, désertée par les touristes en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Au cœur des plaines majestueuses du Masaï Mara, au Kenya, la pandémie de coronavirus fait des ravages économiques, réduisant drastiquement les moyens de subsistance d’une communauté masai dépendante du tourisme et fragilisant un modèle de protection de la faune singulier.

Lire aussi Le coronavirus pourrait faire tomber 50 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté, selon la Banque africaine de développement

Avant même l’apparition officielle du virus au Kenya mi-mars, le tourisme, un des piliers de l’économie kényane, a été touché de plein fouet par des annulations en janvier et février, notamment venues de marchés cruciaux comme la Chine, l’Europe et les Etats-Unis. Le secteur accuse déjà un manque à gagner de 750 millions de dollars (664 millions d’euros) pour cette année, soit la moitié des revenus pour l’ensemble de 2019, selon le ministère du tourisme.

« Nous n’avons aucune réservation. Rien. C’est terrible », explique Jimmy Lemara, 40 ans, manageur masai d’un éco-lodge de la réserve privée d’Ol Kinyei. Dans cette région dont l’incroyable biodiversité a généré une industrie touristique florissante, la population Masai, une communauté d’éleveurs d’environ 1,2 million de personnes au Kenya (2,5 % de la population), dépend désormais quasi exclusivement du tourisme.

Prises à la gorge

Elle y tire des revenus de la location des terres – qui, mises en commun, forment les réserves privées –, des salaires versés par les lodges aux employés essentiellement masai (cuisiniers, guides, gardes de sécurité), de la vente d’artisanat pour les femmes et des visites touristiques de l’habitat traditionnel.

A Talek, petite bourgade poussiéreuse située à l’une des principales entrées de la réserve nationale du Masai Mara, la population fait grise mine et serre les dents en espérant des jours meilleurs. « Depuis décembre 2019, l’activité est extrêmement limitée et, à présent, nous sommes en mode survie, en espérant gagner 150 à 200 shillings (entre 1,23 et 1,6 euro) par jour pour pouvoir se payer un repas », témoigne Ibrahim Sameri, 38 ans, dont le petit atelier de mécanique peut générer jusqu’à 30 dollars par jour en haute saison.

Lire aussi Coronavirus : l’Afrique joue la prudence sur la réouverture de ses frontières

Nalokiti Sayialel vend normalement des colliers et bracelets de perles aux touristes de passage : « Cela fait trois mois que je n’ai rien vendu », explique la vendeuse de 45 ans. « C’est terrible. Tout est à l’arrêt, tout est fermé. Je n’ai jamais rien vu de tel », renchérit Petro Nautori, guide touristique de 44 ans complètement désœuvré depuis janvier.

La réserve nationale du Masai Mara, gérée par le comté de Narok, est prolongée vers le nord par plusieurs réserves privées dont les différents gestionnaires, des acteurs privés, louent la terre aux propriétaires masai en échange d’une sanctuarisation de celle-ci pour garantir plus d’habitat à la faune.

Débuté en 2005, ce modèle a permis de quasiment doubler la surface dédiée à la protection de la faune dans cette région. En moyenne, chaque propriétaire touche environ 22 000 shillings par mois (181 euros), deux fois plus que le salaire minimum légal dans cette partie du pays. Mais, à Ol Kinyei comme dans d’autres réserves privées des environs, le loyer versé aux propriétaires masai a été divisé par deux. Les sociétés gestionnaires affirment être prises à la gorge par le remboursement des avances versées pour des séjours finalement annulés et par les charges fixes, notamment la location de la terre.

Les salaires des employés des lodges ont également été rabotés, jusqu’à 50 %. La situation est si précaire que de nombreuses familles masai se sont résolues à puiser dans leur patrimoine, le bétail, pour tenter de générer un peu de revenus. « Le peu que nous recevons n’est pas assez pour subvenir aux besoins de la famille et j’ai dû vendre deux chèvres pour environ 12 000 shillings afin de boucler la fin du mois », explique Julius Sanare, 41 ans, chef cuisinier de l’eco-lodge où travaille Jimmy Lemara.

« Catastrophique »

En raison de l’épidémie de nouveau coronavirus, les marchés aux bestiaux sont fermés et, selon plusieurs habitants de la région, les Masai se voient contraints de vendre leurs animaux sous le manteau et à prix bradés à des acheteurs peu scrupuleux.

Pour Mohanjeet Brar, directeur général des Porini Safari Camps, une société qui gère deux réserves privées et plusieurs lodges dans le Mara, la situation actuelle, « catastrophique », pourrait remettre en cause l’existence même de certaines réserves si elle perdurait.

Lire aussi Au Kenya, le désastre du tourisme au temps du coronavirus

« Si les propriétaires ne reçoivent plus leur loyer (…), ils n’auront d’autre choix que de chercher d’autres moyens d’utiliser la terre : en la clôturant, en la vendant ou pour y monter une affaire. Autant d’alternatives qui ne s’accommodent pas de la faune, des éléphants et des félins. Tout ceci serait perdu. »

Sa société tente dès lors de trouver de quoi amortir le choc et de diversifier ses revenus : elle a lancé un programme « Adopte un hectare » pour générer des fonds et tente de voir s’il n’y a pas moyen de monétiser ses efforts de protection de l’environnement sur le marché des crédits-carbone.

Le Monde avec AFP

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :