Bloqué en Écosse à cause du coronavirus, il fait 3500 km à vélo pour retrouver sa famille à Athènes

Un jeune étudiant grec parti étudi en Écosse a effectué pas moins de 3500 kilomètres en 48 jours à vélo pour rejoindre Athènes.

Le coronavirus n’a pas eu raison de Kleon Papadimitriou. À 20 ans, cet étudiant grec en troisième année à l’université d’Aberdeen en Écosse a réalisé un voyage pour le moins insolite.

Ce n’est qu’à la fin mars, alors que de nombreux pays européens décident de se confiner face à l’épidémie de Covid-19, que Kleon décide de prendre un billet d’avion pour rentrer chez lui. La plupart de ses amis ont alors déjà quitté le pays mais lui souhaitait alors rester pour être certain de ne rater aucun cours. Problème: les vols qu’il avait réservé pour la Grèce ont tous été annulés.

“Au 1er avril j’ai su que je passerai au moins le prochain mois en quarantaine à Aberdeen”, confie-t-il à
CNN.

Entre 50 et 120 km par jour

Lui vient alors une idée: celle de rejoindre la Grèce à vélo, un projet fou devenu réalité. Le jeune étudiant, qui avait réalisé une course à vélo en 2019 et s’était brièvement entraîné cette année, se renseigne sur la distance à parcourir: 2175 miles soit quelque 3500 kilomètres de route.

Il prévient alors ses parents qui donnent leur feu vert, à la condition d’installer sur son téléphone une application pour pouvoir le géolocaliser. Il débute alors son voyage le 10 mai et parcourt entre 50 et 120 km par jour, relate CNN.

Un voyage de 48 jours

Il traverse l’Angleterre puis les Pays-Bas qu’il parvient à rejoindre avant de longer le Rhin en Allemagne. Il atteint l’Autriche puis l’Est de l’Italie avant de prendre un bateau pour le port de Patras en Grèce. Un voyage rythmé par du camping sauvage et des nuits chez des amis ou des connaissances résidant dans les pays qu’il traverse.

Il arrive enfin à Athènes le 27 juin, soit 48 jours après son départ, où sa famille et des amis, mais aussi des inconnus qui ont suivi son parcours, l’attendent pour l’accueillir. Un moment émouvant mais également un soulagement pour ses parents, raconte Kleon.

“J’ai davantage confiance en moi-même et en mes capacités”, a confié l’étudiant qui se cherche aujourd’hui un nouveau challenge à relever. “J’ai beaucoup appris sur moi-même, sur mes limites, mes forces et mes faiblesses. J’espère que ce voyage a pu inspirer quelqu’un à sortir de sa zone de confort pour essayer quelque chose de nouveau, quelque chose de grand”.

Hugues Garnier avec AFP Journaliste BFMTV

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :