Burkina Faso: au congrès du CDP, Eddie Komboïgo rempile, Compaoré président d’honneur

burkina faso: au congrès du cdp, eddie komboïgo rempile, compaoré président d’honneur 61bfdf0dc638c.jpeg
burkina faso: au congrès du cdp, eddie komboïgo rempile, compaoré président d’honneur 61bfdf0dc638c.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l’ex-parti au pouvoir, fondé il y a 25 ans par Blaise Compaoré, amorce un nouveau virage. À l’issue du 8e congrès ordinaire, un nouveau bureau politique de 89 membres été mis en place et Eddie Komboïgo, le président sortant a été réélu pour un mandat de quatre ans à l’unanimité.                </p><div readability="82.371044016006">

                <p><em>Avec notre correspondant à Ouagadougou</em>, <strong>Yaya Boudani</strong>

Les sept membres de l’ex-bureau politique qui avaient engagé des poursuites contre le président Eddie Komboïgo pour annuler la tenue du congrès, ont été sanctionnés. Ils écopent de six mois de suspension. 

Selon un membre du nouveau bureau, certains responsables du parti entendaient utiliser le CDP comme un instrument pour un mouvement insurrectionnel. « Après avoir essayé en vain d’obtenir une désobéissance civile en utilisant certaines organisations de la société civile, certaines personnes voulaient contrôler le CDP pour avoir une mainmise sur le chef de file de l’opposition afin d’atteindre leur but d’où cette cabale judiciaire contre Eddie Komboïgo », souligne notre interlocuteur.

Le président Blaise Compaoré conserve son titre de président d’honneur. Mais en lui retirant l’ensemble de ses attributions, il n’aura plus d’influence sur le fonctionnement du parti, qu’il a lui-même fondé il y a 25 ans. Désormais, il n’aura plus qu’un titre honorifique. « Nous avons retenu de garder le président Blaise Compaoré comme président d’honneur mais nous avons retiré l’ensemble des attributions qui lui étaient apportées », a expliqué Eddie Komboïgo.

Réflexion sur les réformes

L’une des premières missions du nouveau bureau est de travailler à la cohésion entre les membres du parti. « Travailler pour la cohésion et le renforcement du parti, renouvellement et élargissement de la base du parti, dans les 45 provinces pour avoir des chances d’une victoire » aux prochaines élections, souligne le président du parti.

Autre fait majeur, le congrès demande la mise en place d’une commission de réflexion sur le changement de dénomination et du logo du parti. « Nous allons demander à des politologues, à des sociologues, à des psychologues, de venir faire une étude. Nous allons faire des conférences provinciales, aller dans les 45 provinces expliquer : si on dit de laisser CDP comme tel, gardons le logo CDP ; si on dit de changer, d’ajouter un nom, nous allons associer un nom ; si on dit de changer complètement, nous changerons. »

Pour le président Eddie Komboïgo, 25 ans après la création du CDP, il faut mener une réflexion sur les réformes à entreprendre pour un parti plus fort et résilient en phase avec les réalités socio-politiques du Burkina Faso.

► À lire aussi : Burkina Faso: un congrès du CDP sur fond de crise ouverte avec le président sortant

            </div>
Total
11
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :