Burkina Faso: l’armée donne 14 jours aux populations pour quitter les zones d’intérêt militaire

burkina faso: l’armée donne 14 jours aux populations pour quitter les zones d’intérêt militaire 62b7b83253fc4.jpeg
burkina faso: l’armée donne 14 jours aux populations pour quitter les zones d’intérêt militaire 62b7b83253fc4.jpeg

Publié le :

                L'armée du Burkina Faso va accorder un délai de 14 jours aux populations de deux zones d'intérêt militaires où toute « <em>présence humaine </em>» est interdite, dans le nord et l'est du pays, afin de lutter contre les violences jihadistes meurtrières. Lundi, le Conseil supérieur de défense nationale (CSDN) a décidé de la création de ces sites, l'une dans la province du Soum frontalière avec le Mali (nord) et l'autre qui regroupe des réserves protégées entre Pama et le parc du W (est)                </p><div readability="56.98418079096">

                <p><em>Avec notre correspondant à Ouagadougou,</em> <strong>Yaya Boudani</strong>

Les populations dans les zones d’intérêt militaire auront deux semaines pour quitter ces sites, au vu de l’imminence des opérations militaires anti-groupes armés terroristes. Ces zones occupées illégalement sont les forêts des régions de l’Est et du Sahel, fait remarquer le commandant des opérations du théâtre national.

En prélude aux opérations anti-jihadistes, un dispositif humanitaire et sécuritaire sera mis en place pour recevoir les populations invitées à quitter ces deux zones selon le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni : « Nous savons que ces zones-là sont des zones refuges des groupes armés terroristes. Le dispositif humanitaire est en place pour recevoir ces personnes. Le dispositif sécuritaire est en place et renforcé pour permettre de lever les doutes sur toutes les infiltrations qui pourraient se passer. »

Afin de réduire la mobilité et les capacités opérationnelles des groupes armés, la circulation de plusieurs types de motocyclettes et de tri porteurs sera interdite dans plusieurs régions. Le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni précise que les gouverneurs publieront bientôt les provinces concernées. « Dès la prise de cette mesure, les contrevenants s’exposeront aux risques liés aux opérations militaires », a-t-il indiqué.

Le commandant des opérations du théâtre souligne que les personnes visées par toutes ces mesures seront informées à temps, afin qu’elles prennent des dispositions pour s’y adapter.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :