Burkina Faso: le rapport 2019/2020 sur les droits humains relève une situation préoccupante

burkina faso: le rapport 2019/2020 sur les droits humains relève une situation préoccupante 61d1025a4389d.jpeg
burkina faso: le rapport 2019/2020 sur les droits humains relève une situation préoccupante 61d1025a4389d.jpeg

Publié le :

                Le dernier rapport de la commission nationale des droits humains remis au président Roch Marc Christian Kaboré jeudi 30 décembre conclut que la situation est très préoccupante dans le pays. Selon la commission, l’année 2019/2020 a été marquée par plus de 750 attaques ayant occasionné la mort de 1 504 civils et 343 militaires et policiers. La commission appelle au respect du droit international des droits de l’homme et de la législation nationale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.                </p><div readability="54.173228346457">

                <p><em>Avec notre correspondant à Ouagadougou,</em><strong> Yaya Boudani</strong>

Selon le dernier rapport de la commission nationale des droits humains, avec la multiplication des attaques terroristes plusieurs violations des droits de l’homme ont été constatées. Entre 2019 et 2020 ces attaques ont causé la mort de 1 504 civils et 343 militaires et policiers.

Dans plusieurs communes des régions du Nord et de l’Est, la plupart des services sociaux de base tels que les centres de santé, les marchés et les écoles, ne sont plus fonctionnels. Les conditions d’alimentation, d’hébergement, de santé et d’éducation des personnes déplacées ne respectent pas les standards internationaux.

Manque d’aide psychologique pour les déplacés

Le rapport souligne que l’assistance psychologique aux déplacées internes et la protection des victimes du terrorisme et des témoins demeurent par ailleurs préoccupante.

La commission nationale des droits humains recommande un traitement diligent des dossiers de violations ou d’abus liés aux droits humains comme dans l’affaire Yirgou. Elle souligne également que la lutte contre le terrorisme doit se faire dans le respect du droit international des droits de l’homme, du droit international humanitaire, du droit des réfugiés et de la législation nationale.

<p><strong>►À lire aussi : <a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211227-le-burkina-faso-décrète-un-deuil-national-après-une-attaque-faisant-41-morts" target="_self" rel="noopener">Le Burkina Faso décrète un deuil national après une attaque faisant 41 morts</a></strong>


            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :