Burkina Faso: les partis politiques sont invités à faire bloc derrière la junte

burkina faso: les partis politiques sont invités à faire bloc derrière la junte 61f9e0746f012.jpeg
burkina faso: les partis politiques sont invités à faire bloc derrière la junte 61f9e0746f012.jpeg

Publié le :

                Au Burkina Faso, la junte au pouvoir, le MPSR, recevait ce mardi matin 1er février des représentants des principaux partis politiques au palais présidentiel. C'est la suite des consultations initiées par le nouvel homme fort du pays, Paul-Henri Sandaogo Damiba, la semaine dernière. Les partis sont invités à oublier l'activisme politique et à faire bloc derrière la junte.                </p><div readability="84.341020265549">

                <p><em>Avec notre envoyé spécial à Ouagadougou,</em> <strong>Pierre Pinto</strong>

Ex-majorité, ex-opposition, ex-partis non affiliés : toutes les grandes figures des principaux partis politiques burkinabè étaient à Kosyam ce mardi matin, à l’invitation de la junte, pour une brève rencontre.

Comme à chaque fois, le lieutenant-colonel Damiba a exposé les raisons de son coup d’État et ce qu’il attendait des partis politiques. Des partis invités à soutenir le processus en cours et à contribuer à leur niveau.

À la sortie, le président du MPP, l’ex-parti au pouvoir, Alassane Bala Sakandé, réapparu publiquement pour la première fois depuis le putsch, n’a pas souhaité s’exprimer et a filé en voiture voir l’ex-chef de l’État Roch Marc Christian Kaboré. Avec trois autres responsables politiques, il a obtenu l’autorisation de le rencontrer.

L’ex-chef de file de l’opposition Eddie Komboigo a promis quant à lui d’apporter sa contribution pour aider le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). « Nous allons apporter notre contribution. Il attend des contributions concrètes pour l’aider à réussir sa mission », commente-t-il.

Même tonalité de la part de Tahirou Barry. « Nous sommes disposés à accompagner ce processus », déclare à la sortie l’ancien ministre de la Culture :

Ça a été une rencontre de vérité, une rencontre de franchise, parce que le président du Faso a invité les uns les autres à faire preuve de responsabilité, de retenue et surtout de patriotisme dans l’accompagnement de la Transition. Nous en avons pris acte, et nous sommes disposés à accompagner ce processus

 

Prendre acte et faire bloc derrière la junte, sera donc la ligne de la plupart des formations. Achille Tapsoba, leader de l’une des branches du CDP, parti de l’ex-opposition :

Ils ont dit leur ouverture vis-à-vis de tous ceux qui peuvent apporter leur contribution, et celles et ceux qui ont de l’expérience, ceux qui ont de la compétence, seront requis. Pas en tant que politiques ; ils veulent être dans l’apolitisme pour le moment et jusqu’à la fin du processus. Ce serait donc des individualités, et pour le besoin de la cause, ils feront appelle à ceux qu’ils jugeront utile d’appeler.

 

En clair, la junte invite fermement les politiques à éviter tout activisme pouvant entraver son action. Les partis sont mis sur la touche temporairement, même si leurs responsables pourraient jouer un rôle dans une transition pour laquelle le MPSR n’a encore rien dévoilé de ses projets.

►À relire : Coup d’État au Burkina Faso, la junte reçoit des représentants des partis politiques

            </div>
Total
2
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :