Burkina : les syndicats du BTP pointent la responsabilité des autorités dans le drame de Koudougou

burkina : les syndicats du btp pointent la responsabilité des autorités dans le drame de koudougou 613d5ae61e450.jpeg
burkina : les syndicats du btp pointent la responsabilité des autorités dans le drame de koudougou 613d5ae61e450.jpeg

Publié le :

Une semaine après l’effondrement d’une dalle sur un chantier à l’université de Koudougou, les syndicats des travailleurs du bâtiment et travaux publics sortent de leur silence. Ils accusent le gouvernement d’être le premier responsable, n’ayant pas pris le soin d’exercer le contrôle nécessaire pendant l’attribution et l’exécution du chantier qui a coût global de 20 milliards de francs CFA.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Avant même la fin de l’enquête pour déterminer les causes réelles de l’effondrement de l’édifice en construction à l’université de Koudougou, les syndicats des travailleurs du BTP et du bois accusent le gouvernement d’être le premier responsable de ce drame, les autorités n’ayant pas pris toutes les précautions nécessaires après l’attribution du marché à l’entreprise.

« Le gouvernement a attribué le marché à une entreprise, le gouvernement a également donné un marché à des cabinets qui doivent suivre la mise en œuvre de ces infrastructures, rappelle Abdoul Karim Ouedraogo, le porte-parole des syndicats du BTP au Burkina. Je pense que le gouvernement doit pouvoir nous dire qui n’a pas fait son travail. Si le suivi dans la mise en œuvre de l’infrastructure était cohérent, on n’aurait pas assisté à cet accident-là. »

A lire aussi : Burkina Faso: quatre morts dans un accident de chantier à Koudougou

Selon ces travailleurs dans le domaine du bâtiment, il ne se passe pas un semestre sans qu’un bâtiment en construction ne s’écroule au Burkina Faso. Le syndicat demande que le gouvernement fasse le ménage au niveau du secteur des entreprises de construction. Il dénonce la corruption dans le suivi et le contrôle technique des chantiers.

« On confie un chantier à une entreprise. D’abord, l’entreprise doit passer par une série de corruptions pour obtenir le marché. Dans la réalisation, tout le service de contrôle est corrompu. Tout ça doit prendre fin si l’on veut avoir des infrastructures de qualité et qui répondent aux normes de spécifications techniques. »

Pour le syndicat, l’absence de personnel qualifié sur de nombreux chantiers, comme celui de l’université de Koudougou serait l’une des raisons de ces effondrements de bâtiments. L’effondrement de la dalle du foyer en construction à la cité universitaire de Koudougou avait fait quatre morts parmi lesquelles, trois étudiants stagiaires

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :