Cameroun : polémique sur la mort d’une femme avec ses jumeaux à l’hôpital laquintinie de douala

cameroun : polémique sur la mort d’une femme avec ses jumeaux à l’hôpital laquintinie de douala 60f9e6ad96fa8.jpeg
cameroun : polémique sur la mort d’une femme avec ses jumeaux à l’hôpital laquintinie de douala 60f9e6ad96fa8.jpeg

Monique Koumate Teke, était âgée d’une trentaine d’années, et enceinte de jumeaux. Cette dernière est arrivée à l’hôpital laquintinie à bord d’un taxi le samedi 12 mars 2016 accompagnée des membres de sa famille.
Au cours d’un point de presse animé le dimanche 13 mars, le ministre de la santé publique, a informé que  Monique Koumate est arrivée à l’hôpital Laquintinie, déjà morte ainsi que les bébés qu’elle portait dans le ventre. Toujours d’après le ministre, Monique est morte à l’hôpital de district de Nylon. Elle est arrivée à l’hôpital laquintinie, son corps sans vie étant emballé dans un drap et dans la mal-arrière du taxi.

Mais pour le mari de la défunte intervenant sur la Radio  »équinox », sa femme était encore en vie à son arrivée à l’hôpital. C’est suite à la négligence et l’abandon dont elle a été victime dans le service de la maternité, qu’elle a perdu connaissance et quelques instants après mort s’en est suivie.

Publicité

Par la suite, les infirmières de la maternité ont demandé à la famille de Monique d’aller déposer le corps de Monique à la morgue de l’hôpital. Chemin faisant, c’est le responsable de la morgue qui attire l’attention de la famille en la laissant croire que même si Monique a rendu l’âme, les bébés qu’elle porte sont encore en vie. C’est d’ailleurs pourquoi ils donnent des coups de poing du ventre de leur maman décédée.

C’est ce qui a poussé la nièce de Monique à ouvrir le ventre de la défunte maman à l’aide d’une lame de bistouri pour sauver les deux bébés. Mais hélas, c’était les corps des fœtus sans vie que la nièce de Monique a retiré du ventre et qu’elle a déposée sur la poitrine de la défunte Monique.

Une enquête a été ouverte et pour l’heure, le directeur de l’hôpital laquintinie, le responsable de la morgue, une infirmière et la nièce de Monique ont été interpellés. Ils se trouveraient dans les locaux de la gendarmerie d’akwa Sud. Le ministre de la santé et le gouverneur de la région du littoral ont indiqué qu’ils mettront tout en œuvre pour faire la lumière sur cette affaire.

Le plus curieux dans cette affaire c’est que le ministre de la santé n’a pas pu dire l’heure à laquelle Monique Koumate est morte mais il a néanmoins dit que les fœtus étaient décédés 04 heures avant l’arrivée de Monique.

Affaire à suivre.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :