« Comment tuer son mari » : l’auteure du livre controversé dans de sales draps

« comment tuer son mari » : l’auteure du livre controversé dans de sales draps 6292cfc3561e7.jpeg
« comment tuer son mari » : l’auteure du livre controversé dans de sales draps 6292cfc3561e7.jpeg

L’auteure du livre « Comment tuer son mari » a été condamnée mercredi pour le meurtre de son mari, à l’issue d’un procès controversé au cours duquel les procureurs se sont appuyés sur un « puzzle » de preuves circonstancielles pour dépeindre l’auteure comme une épouse fourbe qui a passé des mois à comploter tranquillement le crime parfait.

LIRE AUSSI: USA: Elle écrit un livre qui explique « comment tuer son mari »… et tue le sien

Nancy Brophy, 71 ans, est restée silencieuse pendant que le verdict était prononcé, sept semaines après le début du procès à Portland, Ore.

Les procureurs avaient construit leur dossier avec des preuves montrant que Mme Brophy avait acquis des pièces d’arme à feu dans les mois précédant le meurtre de son mari, Daniel Brophy, y compris un élément supplémentaire qui, selon les procureurs, pouvait garantir que les balles utilisées dans la fusillade ne pourraient pas être reliées à son arme. Les procureurs ont affirmé que Mme Brophy a tiré sur son mari sur son lieu de travail, où il n’y aurait pas de caméras ou de témoins, puis a commencé à percevoir des polices d’assurance-vie lucratives dans les jours qui ont suivi.

« Elle avait un bon plan », a déclaré Shawn Overstreet, procureur adjoint du district, lors des plaidoiries finales cette semaine.

L’accusation de meurtre au second degré pour laquelle Mme Brophy a été reconnue coupable est passible de la prison à vie. Sa sentence est prévue pour le 13 juin.

Nancy Brophy, qui a écrit des romans d’amour publiés à compte d’auteur, avait déjà spéculé dans un billet de blog en 2011 qu’une femme qui tue son conjoint doit être « impitoyable » et « très intelligente » parce qu’elle risque de devenir la principale suspecte. Elle a réfléchi à diverses méthodes de meurtre, supposant que les couteaux étaient trop personnels, que le poison était trop traçable et que les tueurs à gages étaient trop indignes de confiance. Elle a écrit que les armes à feu étaient salissantes et demandent de l’habileté.

Crédit photo: cnn

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :