Comores: une opposition divisée par rapport au grand dialogue du président Assoumani

comores: une opposition divisée par rapport au grand dialogue du président assoumani 621d7956deb8a.jpeg
comores: une opposition divisée par rapport au grand dialogue du président assoumani 621d7956deb8a.jpeg

Publié le :

                L’invitation à ce dialogue national n’a pas complètement conquis l’opposition. Les trois plus importants partis ont décidé de la décliner, convaincus qu’il ne s’agit là que d’une posture du président Azali Assoumani qui finalement a déjà prévu l’issue des débats. Difficile pour les autres de se mettre d'accord entre eux sur tous les points, mais la rencontre reste nécessaire pour tenter d’apaiser les tensions politiques.                </p><div readability="57.356962025316">

                <p><em>Avec notre correspondante à Moroni, </em><strong>Anziza M’Changama</strong>

À la sortie du premier jour de dialogue, on se désolidarise de celui qui vient de donner un discours au nom de l’opposition lors de la cérémonie d’ouverture. Il ne les représente pas, tiennent-ils à préciser par la voix du Dr Ali Affandi qui croit malgré cela aux échanges : « On s’est fait avoir sans avoir pu situer le profil de la personne, opposant ou pas. S’il se dit opposant, il a usurpé le nom. Ces micmacs-là, c’est connu, juste pour apparaître au podium. La politique, c’est ça : quand on n’a pas les armes pour faire chuter un régime qu’on estime devoir faire chuter, il faut bousculer les lignes ; en commençant quoi ? Une tentative de dialogue. »

Un couac qui abonde dans le sens des opposants absents convaincus que le jeu est truqué prévient Ahmed El-Barwan, secrétaire général du parti Juwa de l’ex-président Sambi. « Si vous voulez aller démarrer ce soi-disant dialogue, vous allez vous perdre. La réalité fait qu’Azali, une fois qu’il vous aura eu, ne tiendra pas parole. Il continue à tergiverser sur les questions fondamentales et jusqu’au bout, il vous tiendra la dragée haute. À ce moment-là vous vous rendrez compte qu’il vous aura trahi. Réellement, c’est qu’il va se passer. »

L’opposition va donc participer aux ateliers toute la semaine en ordre dispersé.


En vous appelant à un dialogue inclusif, franc et sincère, non pas dans l’urgence d’une crise majeure, mais dans un cadre apaisé, mon souhait principal était de nous voir tous ensemble réunis autour d’une table d’abord pour prévenir tout péril.

Azali Assoumani lors de l’ouverture du grand dialogue national d’Union du Peuple

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :