Congo-B: les six morts du commissariat central de Brazzaville ont été torturés, selon une autopsie

congo b: les six morts du commissariat central de brazzaville ont été torturés, selon une autopsie 61b7f848e5a9c.jpeg
congo b: les six morts du commissariat central de brazzaville ont été torturés, selon une autopsie 61b7f848e5a9c.jpeg

Publié le :

                Dans la nuit du 4 au 5 novembre, six personnes ont été retrouvées mortes dans les geôles du commissariat central de Brazzaville. Elles étaient sous mandat de dépôt et leur mort serait due à la surpopulation carcérale, d’après le gouvernement. Une thèse contredite par les autopsies réalisées à la demande d’une ONG locale et qui font état de tortures.                </p><div readability="59.412008281573">

                <p><em>Avec notre correspondant à Brazzaville</em>,<strong> Loïcia Martial</strong>

Les autopsies ont été réalisées les 30 novembre et 2 décembre sur quatre des corps identifiés sur les six morts enregistrés, selon l’ONG Cercle d’actions pour le développement (CAD) qui a payé le coût des examens. Pour le CAD, « ces décès étaient intervenus dans des circonstances troubles ».

« Nous sommes révoltés »

Jean-Bruno a perdu son jeune frère de 32 ans. Il a pu consulter les résultats des autopsies avec d’autres membres de sa famille. « Là, le rapport nous dit qu’il est mort suite aux coups et blessures volontaires reçus au niveau de la force publique. Nous sommes révoltés parce que la police est là pour protéger et non pour tuer. Nous sommes sous le choc », a-t-il dit.

► À lire aussi: Congo-B: un rapport épingle des conditions de détention inhumaines dans les cachots de police

Faute d’argent, Jean-Bruno et sa famille n’ont pas encore organisé les funérailles de leur proche disparu. La famille du défunt demande réparation au gouvernement.  « Ça ne serait pas mauvais si le gouvernement peut nous aider à organiser les obsèques. C’est douloureux parce qu’il laisse une femme et un enfant. C’est une charge supplémentaire. Alors, quand il était là, il prenait soin de sa petite famille », témoigne-t-il.

Surpopulation carcérale

Contacté à plusieurs reprises, le porte-parole du gouvernement n’a pas souhaité commenter les résultats des autopsies organisés par l’ONG CAD. Leur mort serait due à la surpopulation carcérale, d’après le gouvernement.

► À lire aussi: Congo-Brazzaville: l’opposant Paulin Makaya de nouveau interdit de quitter le territoire 

            </div>
Total
17
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :