Congo-Brazzaville: quatre policiers soupçonnés d’actes de torture sur trois hommes

congo brazzaville: quatre policiers soupçonnés d’actes de torture sur trois hommes 61d8eab7de526.jpeg
congo brazzaville: quatre policiers soupçonnés d’actes de torture sur trois hommes 61d8eab7de526.jpeg

Publié le :

                Au Congo-Brazzaville, le procureur de la République a ordonné l’arrestation de sept personnes, dont quatre policiers, accusées d’avoir torturé trois individus qui seraient membres de gangs, selon une vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux. Les ONG de défense des droits de l’homme déplorent au moins un mort et réclament des sanctions.                </p><div readability="60.825901038485">

                <p><em>Avec notre correspondant à Brazzaville,</em> <strong>Loïcia Martial</strong>

Tournée pendant plus de cinq minutes, la vidéo montre des policiers armés d’un gros marteau. Ils frappent sans arrêt les jambes de trois jeunes. L’acte de torture se déroule en plein jour sous le viaduc reliant un quartier de Brazzaville et la banlieue nord la capitale congolaise.

Selon Trésor Nzila du Centre d’actions pour le développement (CAD), ces jeunes ont été accusés à tort d’être membres d’un gang. « Ces jeunes torturés étaient de simples individus non qualifiés qui vivaient de petits métiers à Brazzaville », témoigne-t-il.

Les auteurs sont poursuivis pour crime flagrant, association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires. Mais Trésor Nzila réclame une requalification pour meurtre avec préméditation.

« La République du Congo a ratifié la convention des Nations unies contre la torture et la charte africaine des droits de l’homme et des peuples qui interdisent de telles pratiques. Notre organisation attend que les faits soient requalifiés, surtout qu’il y a eu mort d’homme dans cette affaire horrible. Nous allons nous constituer partie civile dans la procédure en cours, pour soutenir les familles des victimes », promet M. Nzila.

Les ONG ont identifié, dans une morgue de la place, un mort enregistré suite à cette torture qui a créé un grand émoi dans la capitale congolaise.

            </div>
Total
28
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :