Contrats forestiers illégaux en RDC: Greenpeace demande une enquête judiciaire

contrats forestiers illégaux en rdc: greenpeace demande une enquête judiciaire 6275c82d97c63.jpeg
contrats forestiers illégaux en rdc: greenpeace demande une enquête judiciaire 6275c82d97c63.jpeg

L’ONG de défense de l’environnement Greenpeace a annoncé avoir demandé jeudi à la justice congolaise d’enquêter sur des accusations d’attribution illégale de concessions forestières entre 2014 et 2020 par six anciens ministres de l’Environnement de la République démocratique du Congo. « Au regard des faits extrêmement graves qui sont exposés dans le rapport de l’Inspection générale des Finances (IGF), nous avons demandé au procureur général près la Cour de cassation d’ouvrir une enquête judiciaire », a déclaré à l’AFP Irène Wabiwa, de Greenpeace Afrique. L’ONG compte ainsi « obtenir la levée des immunités de ceux qui sont au Parlement », « établir les responsabilités de toutes les personnes impliquées dans ces attributions illégales de concessions forestières » et « sanctionner les coupables », a-t-elle ajouté.

Greenpeace Afrique et cinq autres organisations ont cité nommément les ministres Robert Bopolo, Bienvenu Liyota, Athys Kabongo, Franck Mwedi Malila, Amy Ambatobe et Claude Nyamugabo qui se sont succédé à la tête du ministère de l’Environnement de 2014 à 2020. Dans son rapport, l’IGF accuse les six ministres de n’avoir pas lancé d’appels d’offre, recourant à la procédure de gré à gré dans l’attribution de ces contrats litigieux. Ces ministres ont aussi délivré ces permis en « l’absence de dépôt de cautionnement » et en faisant preuve d’un « favoritisme délibéré », selon ce rapport.

« Il est plus que temps que l’impunité cesse d’être la norme pour que les responsables de tous ces forfaits répondent de leurs actes devant la justice », a insisté Mme Wabiwa.

En octobre, avant la COP26 de Glasgow, le président Félix Tshisekedi avait déclaré avoir été saisi de « plusieurs plaintes d’irrégularités » dans l’octroi de concessions forestières et ordonné la suspension de tout contrat « douteux ».

Fin avril, la ministre congolaise de l’Environnement Ève Bazaïba avait suspendu 12 contrats forestiers illégaux épinglés dans le rapport de l’IGF. En décembre 2021, elle avait suspendu six contrats considérés comme illégalement octroyés.

La RDC abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après le Brésil, représentant un important réservoir de carbone et une biodiversité d’importance mondiale.

Que pensez-vous de cet article?

Total
9
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :