Covid-19 en Afrique du Sud: la vaccination ouverte à tous les adultes

covid 19 en afrique du sud: la vaccination ouverte à tous les adultes 6122fc65ec6d9.jpeg
covid 19 en afrique du sud: la vaccination ouverte à tous les adultes 6122fc65ec6d9.jpeg

Publié le :

L’Afrique du Sud a ouvert, ce week-end, la vaccination à toutes les personnes majeures. Le pays continue d’enregistrer près de 13 000 nouveaux cas de coronavirus par jour et seuls 8% de la population sont pour l’instant entièrement vaccinés.

Avec notre correspondante à Johannesburg, Claire Bargelès

Bien que 72% des Sud-Africains interrogés dans une étude de l’université de Johannesbourg se disent prêts à « accepter » le vaccin, le rythme dans les centres de vaccination n’est pas assez rapide pour espérer atteindre l’objectif fixé de 70% de la population adulte vaccinée, d’ici la fin de l’année. Le gouvernement espère accélérer la cadence en rendant la démarche plus accessible.

Pour faciliter l’accès, des cliniques mobiles ont vu le jour dans les rues, comme ici dans cette station de taxis collectifs de Soweto. Zodwa Malamule supervise les opérations : « Nous nous sommes rendus compte que les gens ne venaient pas dans les centres de vaccination. Nous amenons donc les centres vers eux. Ici se croisent beaucoup de gens qui viennent de plusieurs endroits et c’est facile, pour eux, avant de prendre un taxi, de s’arrêter et se faire vacciner. Pareil pour les chauffeurs. Ils peuvent facilement passer se faire vacciner. »

La vaccination étant désormais ouverte à tous les plus de 18 ans, plusieurs jeunes adultes se sont installés sur les chaises en plastique de la file d’attente, à l’image d’Ephraim, 32 ans : « Je suis venu avec mon père. Il a 59 ans et c’est lui qui a proposé qu’on vienne se faire vacciner une fois pour toutes car on attendait l’opportunité. C’est une vaccination en famille. »

Train pour aller vacciner les zones reculées

Pourtant les moins de 35 ans font partie de la population la plus réticente dans le pays, face au vaccin. Nyankwabe, 30 ans, venue recevoir sa dose, espère faire changer d’avis ses amis : « Ils hésitent beaucoup. C’est dommage. Ils disent qu’ils réfléchissent mais un jour, ils le feront, peut-être. Je vais leur parler de mon expérience, peut-être qu’ils comprendront. J’ai fait mon devoir et je crois que maintenant je serai plus en sécurité. »

D’autres initiatives voient le jour pour faciliter l’accès des populations, comme la mise en place d’un train pour aller vacciner les zones les plus reculées du pays.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :