Covid-19: le variant Omicron prédominant en Afrique du Sud, selon l’OMS

covid 19: le variant omicron prédominant en afrique du sud, selon l’oms 61a9766a957bb.jpeg
covid 19: le variant omicron prédominant en afrique du sud, selon l’oms 61a9766a957bb.jpeg

Publié le :

                Lors d’une conférence de presse, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné davantage d’informations sur le nouveau variant Omicron qui inquiète l'ensemble de la planète.                </p><div readability="75.484504583151">

                <p>Mercredi 1er décembre, les scientifiques de <a href="https://www.rfi.fr/fr/tag/oms/" target="_self" rel="noopener"><strong>l’OMS </strong></a>Afrique ont donné des détails au cours d'une conférence en ligne et ils ont confirmé que le variant Omicron prenait le pas sur les autres variants du <a href="https://www.rfi.fr/fr/tag/coronavirus/" target="_self" rel="noopener"><strong>Covid-19</strong></a>, en particulier en Afrique du Sud.

Le variant Omicron est aujourd’hui prédominant en Afrique du Sud, a confirmé la microbiologiste Anne Von Gottberg. Il était présent dans 75% des séquençages d’échantillons en novembre et est en train de créer une quatrième vague de Covid-19 dans ce pays, avec 8 000 nouveaux cas mardi et probablement 10 000 ce mercredi, prédit la scientifique.

Ce qui est préoccupant, d’après elle, c’est que le variant Omicron a une plus grande faculté de réinfecter les personnes qui ont déjà eu le Covid-19. L’espoir, toutefois, repose sur le fait qu’il provoquerait des formes moins graves, estime les scientifiques, notant qu’il n’y a pas de hausse majeure des hospitalisations.

Les fermetures de frontières, une décision « injuste »

La vaccination est toujours encouragée pour protéger les personnes, en particulier les personnes immunodéprimées, mais aussi pour ralentir la circulation du virus qui provoque toutes ces mutations. Ces mutations du Covid-19 pourraient être accélérées, selon une hypothèse, parmi les populations immunodéprimées, notamment celles touchées par le sida.

Lors de cette conférence, l’OMS a également de nouveau dénoncé les interdictions de voyager prononcées par certains pays occidentaux. Tous les intervenants estiment que ces mesures n’ont aucun fondement scientifique et en dénoncent « l’injustice ».

L’Afrique du Sud et le Botswana paient un prix fort pour leurs efforts et leur efficacité à détecter le nouveau variant Omicron. Les scientifiques de l’OMS jugent donc que ces interdictions de voyager sont contre-productives, car elles risquent de dissuader les pays touchés de déclarer, à l’avenir, les nouveaux variants.

À lire aussi : Variant Omicron: ONU et UA condamnent la «ségrégation» touchant certains pays d’Afrique australe

            </div>
Total
14
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :