Élections générales au Kenya: la plus faible participation depuis 2002

Élections générales au kenya: la plus faible participation depuis 2002 62f45cdd2e7f1.jpeg
Élections générales au kenya: la plus faible participation depuis 2002 62f45cdd2e7f1.jpeg
À Kisumu, une poignée de main qui a changé le visage de la ville

Dans cette ville fidèle au candidat Raila Odinga, les habitants attendent de connaître leur nouveau chef d’État avec anxiété, les yeux scotchés aux résultats prévisionnels donnés par les médias. La région a été le fief de l’opposition pendant plusieurs décennies, sa population se sentant souvent délaissée par Nairobi. Mais, ces dernières années, les projets d’infrastructure se sont multipliés dans la ville, explique notre envoyée spéciale sur place, Albane Thirouard

Un nouveau stade, la rénovation du port, de la ligne ferroviaire Kisumu–Nakuru, avec une gare moderne. En cinq ans, la ville a connu de nombreux changements. Dans ses rues, beaucoup les attribuent au rapprochement entre le président sortant Uhuru Kenyatta et l’opposant historique, Raila Odinga. Depuis leur « handshake », fameuse poignée de main, en 2018, qui visait à mettre fin aux tensions post-électorales, Sylas Chege et Elvis Otieno ont vu leur ville évoluer : « Les marchés de Jubilee et Kibuye ont été rénovés. Ils sont désormais équipés d’abris. Les rues aussi ont été améliorées, il y a des trottoirs et des lampadaires tout le long. Et tout ça, c’est grâce au handshake », indique le premier, quand le second renchérit : « Avant, la ville était laissée de côté, car nous étions dans l’opposition, donc nous recevions moins de soutien de la part du gouvernement. Avec le handshake, on a vu de nouveaux projets de développement… les routes, le port… et d’autres qui arrivent. Je vois bien Kisumu devenir un hub économique. »

Peter Anyang’ Nyong’o est le gouverneur de la ville. Il l’admet : le rapprochement entre les deux hommes a permis de nouveaux projets. « Je ne dis pas que nous ne recevions rien auparavant, mais c’était compliqué de mettre en place de gros chantiers qui nécessitent des apports importants en capitaux, comme le port. Nous avions pour objectif de le revitaliser, mais pas les moyens, le gouvernement central, lui, oui. Cette poignée de main a permis à ce projet de prendre vie. »

Kisumu ne compte pas s’arrêter là. La ville devrait notamment bientôt avoir un nouveau centre de conférence. 

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :