En Tunisie, les tensions entre Maroc et Algérie préoccupent de nombreux acteurs de la société civile

en tunisie, les tensions entre maroc et algérie préoccupent de nombreux acteurs de la société civile 61381621552b7.jpeg
en tunisie, les tensions entre maroc et algérie préoccupent de nombreux acteurs de la société civile 61381621552b7.jpeg

Publié le :

Alors que les relations se tendent entre les voisins marocain et algérien, des dizaines d’acteurs de la société civile et d’intellectuels de tout le Maghreb ont appelé à une désescalade dans une tribune publiée ce week-end. Ce qui marque dans cet appel, c’est aussi la présence de nombreux Tunisiens parmi les signataires. À Tunis aussi, en effet, la situation préoccupe.

Avec notre correspondante à Tunis, Amira Souilem

Militants des droits de l’homme, artistes ou encore universitaires… Les Tunisiens ayant signé l’appel au calme sont nombreux. Parmi eux figure Bochra Belhaj Hamida, avocate et ancienne députée, pour qui cette énième crise entre les deux grands frères algérien et marocain lui laisse un goût amer. Elle s’est donc joint à l’appel lancé par des membres de la société civile et intellectuels du Maghreb.

Pour elle, c’est l’impression d’un grand gâchis, celui de voir s’éloigner encore plus le projet d’union du Maghreb, en plan depuis les indépendances. « Franchement, on devrait être un seul peuple, peut-être avec plusieurs gouvernements, mais nous sommes un peuple qui porte pratiquement la même culture, la même langue, les mêmes aspirations. Malheureusement, on voit au contraire, chaque jour, plus de divisions, de dissensions, de divergences », déplore-t-elle.

Elle attend aujourd’hui de son pays qu’il active son réseau diplomatique. La Tunisie pourrait, comme dans le dossier libyen, servir d’intermédiaire dans ce choc des titans : « L’idéal, vraiment pour moi, serait que la diplomatie tunisienne puisse réunir autour d’une table les Marocains et les Algériens et qu’elle puisse vraiment relancer plus que jamais l’idée de l’unité de nos pays. C’est vraiment une belle opportunité pour la Tunisie, mais surtout pour tout le Maghreb ».

Pour jouer ce rôle, encore faut-il que la Tunisie mette de l’ordre dans ses affaires intérieures. À ce jour, le pays attend toujours la désignation d’un chef du gouvernement par le président de la République.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :