Etats-Unis: l’intervention d’agents fédéraux lors de manifestations à Portland fait scandale

Ce samedi, les médias locaux dénonçaient les arrestations, depuis le 14 juillet, de manifestants dans les rues de la ville par des agents fédéraux ambarqués dans des véhicules banalisés.

A Portland, aux Etats-Unis, des agents fédéraux interviennent depuis plusieurs jours pour arrêter des manifestants qui se réunissent chaque nuit devant le tribunal fédéral de la ville pour protester contre les brutalités policières et le racisme. Une intervention vivement critiquée par les militants des droits humains et des élus, qui dénoncent une action illégale orchestrée par Donald Trump.

Ce samedi, les médias locaux dénonçaient les arrestations, depuis le 14 juillet, de manifestants dans les rues de la ville par des agents fédéraux ambarqués dans des véhicules banalisés.

“Ce qui se passe en ce moment à Portland devrait inquiéter tout le monde aux Etats-Unis”, a lancé Jann Carson, responsable de la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU dans l’Oregon, Etat du nord-ouest du pays. “Habituellement, lorsque vous voyez des gens dans des voitures non siglées prendre de force quelqu’un dans la rue, cela s’appelle un enlèvement”, a-t-il ajouté.

“On aurait dit un film d’horreur”

Mark Pettibone, 29 ans, a raconté au Washington Post comment il avait été interpellé par des hommes en uniformes kakis surgis d’une fourgonnette civile qui s’était arrêtée près de lui: “On aurait dit un film d’horreur ou de science-fiction”.

Le jeune homme dit avoir été emmené dans un tribunal fédéral et relâché un peu plus tard sans qu’on lui ait signifié les motifs de son arrestation et s’il était ou non accusé d’un crime.

Dans un communiqué publié vendredi, l’agence des douanes et de la protection des frontières (CBP), qui dépend du ministère de l’Intérieur américain, a indiqué que ses agents avaient procédé à l’interpellation après avoir eu des “informations” selon lesquelles Mark Pettibone figurait sur une vidéo où il était “soupçonné” de s’en être pris physiquement à des agents ou biens fédéraux.

“Quand les agents du CBP ont approché le suspect, une foule imposante et violente s’est dirigée vers eux. Pour la sécurité de tous, les agents ont rapidement transféré le suspect vers un endroit plus sûr pour l’interroger”, a déclaré l’agence, assurant qu’ils s’étaient identifiés en bonne et due forme et portaient les insignes de leur organisation.

“L’armée personnelle de Trump”

Le maire de Portland, Ted Wheeler, a interpellé le président Donald Trump, demandant le retrait des agents fédéraux, les qualifiant de son “armée personnelle”.

“Cela fait partie d’une stratégie électorale de la Maison Blanche pour améliorer sa quote de popularité dans les sondages. C’est un usage abusif des lois fédérales”, dénonce t-il dans le Washington Post.

Cyrielle Cabot avec AFP Journaliste BFMTV

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :