Gabon : mort d’Atomo Ribenga, grand maître du rite traditionnel bwiti

gabon : mort d’atomo ribenga, grand maître du rite traditionnel bwiti 62f1bafcb8b5e.jpeg
gabon : mort d’atomo ribenga, grand maître du rite traditionnel bwiti 62f1bafcb8b5e.jpeg

Publié le :

                Me Atomo Ribenga, gendarme à la retraite est mort à 80 ans. Il était le plus grand maître du rite traditionnel bwiti, très pratiqué au Gabon avant la colonisation. Face à la grande pénétration du christianisme, le bwiti était diabolisé et Me Atomo Ribenga était devenu le plus grand défenseur de ce rite initiatique dont les pratiquants forment une sorte de société secrète.                </p><div readability="57.022294725394">

                <p><em>Avec notre correspondant à Libreville,</em><strong> Yves-Laurent Goma</strong>

« C’est un grand monument, un baobab qui est tombé », a résumé un de ses proches. Maître Atomo Ribenga de son vrai Marcelin Eyene Abaga a marqué les gabonais lorsqu’au début des années 1990, il défend publiquement le bwiti, ce rite initiatique sacré le plus pratiqué au Gabon. Il consiste à soigner en invoquant les esprits au cours des cérémonies de danse mêlées à de la musique traditionnelle. Ses adeptes passent par une initiation avant de devenir des pratiquants.

Le bwiti était rentrée dans la clandestinité avec l’arrivée des colons. Les administrateurs coloniaux ayant essayé de le faire disparaître en le qualifiant de pratique mystique et diabolique.

Dans les années 1990, Atomo Ribenga se lance dans une véritable vulgarisation de ce rite à travers la télévision nationale. Dans ses apparitions, il invitait les gabonais à ne plus avoir honte du bwiti.

Gendarme à la retraite, Atomo Ribenga avait son temple dans le nord de Libreville où il initiait et formait au bwiti. « Les Gabonais ne savent même pas ce qu’ils ont comme trésor chez eux », concluait-il lors d’une récente émission à la télévision nationale. C’était comme un adieu.


La tradition bwitiste s’articule autour de 4 axes principaux. Vous avez la harpe, vous avez le bois sacré, le temple et les chants sacrés. La manière d’harmonieuse d’utiliser tous ces éléments-là selon des rites bien précis qu’on va appeler la science de la tradition bwitiste.

Ovono Eyene Simon, fils et disciple d’Atome Ribenga

            </div>
Total
2
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :