Ghana: la décision de rémunérer les première et deuxième dames du pays fait polémique

ghana: la décision de rémunérer les première et deuxième dames du pays fait polémique 60eb9ce688c95.jpeg
ghana: la décision de rémunérer les première et deuxième dames du pays fait polémique 60eb9ce688c95.jpeg

Publié le :

La femme d’un président doit elle recevoir un salaire ? C’est la question qui agite le Ghana en ce moment. Le Parlement a récemment voté un amendement permettant aux épouses du président Akufo-Addo et de son vice-président de percevoir des émoluments. Mais alors que le pays est en pleine crise économique, et que des manifestations ont éclaté la semaine dernière, cette mesure passe mal auprès de la population.

En temps normal, c’est une mesure qui serait peut-être passée inaperçue. Le président et son vice-président, ont décidé d’octroyer des émoluments à leurs femmes respectives près de 40 000 euros sur quatre ans, en leur qualité de première et deuxième dame du pays. 

Seulement voilà, ces derniers temps, face à l’augmentation de la dette publique et aux conséquences de la crise du Covid-19, le gouvernement ghanéen a imposé de nouveaux impôts qui, conjugués à la hausse des prix du carburant, ont provoqué la colère de la population. Plusieurs manifestations ont alors éclaté en début de semaine, durant lesquelles on pouvait entendre des slogans comme « les Ghanéens sont en train de mourir, Akufo-Addo réveille-toi ! ». 

La polémique sur ces émoluments des femmes des présidents arrive donc au mauvais moment pour le gouvernement. De plus dans la presse locale, les membres de l’opposition se succèdent pour dénoncer l’illégalité de cette mesure. Selon eux, seule une personne exerçant une fonction publique officielle peut prétendre être rémunérée par l’État. Ils menacent de poursuivre le gouvernement devant les tribunaux. 

►À voir aussi : Nana Akufo-Addo demande aux Africains de se réveiller contre le Covid-19 !

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :