Ghana: le militant Oliver Barker-Vormawor arrêté pour avoir évoqué un coup d’État

ghana: le militant oliver barker vormawor arrêté pour avoir évoqué un coup d’État 620860f6554e5.jpeg
ghana: le militant oliver barker vormawor arrêté pour avoir évoqué un coup d’État 620860f6554e5.jpeg

Publié le :

                Le militant ghanéen Oliver Barker-Vormawor a été arrêté vendredi 11 février à l’aéroport d'Accra. Il dirige le mouvement « Fix The Country » (<em>Réparer le pays</em>, en français), lancé sur internet en mai 2021. Il est accusé d’avoir appelé à un coup d’État.                </p><div readability="65.240765465065">

                <p>Oliver Barker-Vormawor sera présenté dès ce lundi devant un tribunal, a annoncé la police. Les forces de sécurité lui reprochent un message posté sur Facebook mercredi 9 février dans lequel il écrivait : «<em> Si cette E-Levy passe, je ferai un coup d’État moi-même</em> ».

E-Levy est un projet de loi controversé actuellement examiné par les parlementaires ghanéens. Il prévoit une taxe de 1,75% sur les transactions électroniques, y compris le paiement par argent mobile, très utilisé au Ghana. Un impôt impopulaire auprès d’une partie de la population alors que le pays subit crise économique et inflation à cause notamment du Covid-19. Le mouvement Fix The Country d’Oliver Barker-Vormawor est vent debout contre ce texte.

Ligne rouge

Mais avec son message de mercredi, l’activiste aurait franchi une ligne rouge. Selon la police, son post « contenait une déclaration claire d’intention, avec une possible volonté de commettre un coup d’État et de subvertir la Constitution ».

Avant son arrestation, Oliver Barker-Vormawor se savait de toute façon dans le collimateur des autorités et il avait choisi de les défier. Dès jeudi depuis l’étranger, il avait alors publié son emploi du temps. « Arrêtez-moi quand j’arriverai ! Je me fous de ce que fera ce gouvernement », avait-il écrit. L’activiste avait dit avoir reçu des appels de proches du pouvoir disant qu’il serait arrêté à la première occasion. La police a d’ailleurs reconnu l’avoir interpellé à sa descente d’avion.

Oliver Barker-Vormawor a déjà porté plainte contre le journal ABC News qui le décrivait en Une comme un « fomenteur de coup d’État ». Il a accusé la publication d’avoir déformé ses propos pour inciter la peur et alarmer le public, ce qui laisse présager son axe de défense. Ses partisans, eux, se disent inquiets. Ils ne savent toujours pas où Oliver Barker-Vormawor est détenu. Ils demandent que l’activiste ait accès à un avocat et puisse voir sa famille. 

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :