Guerre en Ukraine: à l’ONU, les pays africains s’abstiennent de tout soutien à l’invasion russe

guerre en ukraine: à l’onu, les pays africains s’abstiennent de tout soutien à l’invasion russe 62201b0f513b9.jpeg
guerre en ukraine: à l’onu, les pays africains s’abstiennent de tout soutien à l’invasion russe 62201b0f513b9.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Si certains ministères des Affaires étrangères ont publiquement condamné l'invasion russe en Ukraine, d'autres ont voulu maintenir une certaine distance, tout en exhortant les belligérants à la négociation. Les pressions diplomatiques, de l'Union européenne comme de la Russie, se sont multipliées depuis le premier jour pour qu'ils expriment leur point de vue sur la guerre.                 </p><div readability="118.79584120983">

                <p>Dans un discours très remarqué, c'est le Kenya à l'ONU, le premier, qui a condamné l'usage de la force par la Russie et le mépris de la diplomatie. À sa suite, le Ghana, membre du Conseil lui aussi, a dit son soutien à « <em>l'intégrité territoriale de l'Ukraine </em>», comme le Gabon, troisième membre africain, qui a, lui aussi, a voté la résolution condamnant «<em> l'agression</em> » russe et appelé à un cessez-le-feu immédiat.</p>                
<p>Après quoi, la Cédéao, ainsi que le président sénégalais Macky Sall et celui de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat, ont, eux aussi, « <em>condamné</em> […] <em>l'invasion militaire</em> » et « <em>exhorté </em>» les deux parties à « <em>un cessez-le-feu </em>» et à des « <em>négociations sans délai</em> », de même que le Niger, le Maroc, la Côte d'Ivoire et l'Afrique du Sud, pourtant alliée de la Russie au sein des Brics, ou encore le Nigeria.</p><h2>14 abstentions de pays africains, 28 votes pour</h2><p>14 abstentions sur 35 viennent des pays africains, avec entre autres le Congo-Brazzaville, Madagascar, le Mali, le Sénégal, le Soudan, l'Algérie, l'Éthiopie ou encore l'Afrique du Sud qui se sont abstenus. Ce qui confirme l'embarras d'une partie de continent vis-à-vis de ce conflit. Certains sont des alliés de longue date de Moscou, comme Alger, d'autres sont en train de se rapprocher des Russes, <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220225-mali-pas-d-accord-sur-la-durée-de-la-transition-avec-la-mission-de-la-cédéao" target="_self" rel="noopener">comme le Mali, en pleine transition.</a></strong>

Les Sud-Africains, par exemple, ont rappelé leur profonde inquiétude, le besoin de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des États. Mais Pretoria a aussi estimé que la résolution ne créait pas d’environnement constructif pour les négociations. Le pays aurait souhaité un texte plus centré sur le rapprochement, sur « la construction de ponts » entre Russie et Ukraine. « Il faut que les parties s’engagent à trouver un compromis, à construire la confiance. Mais ce texte ne permet pas cela », a expliqué la représentante sud-africaine.


La résolution ne crée pas un environnement favorable à la diplomatie, au dialogue et à la médiation. L’Afrique du Sud estime qu’un plus grand effort aurait dû être déployé pour rapprocher les parties en vue d’un dialogue. Le texte dans sa forme actuelle pourrait créer un fossé encore plus grand, au lieu de contribuer à une résolution du conflit. La résolution aurait dû accueillir avec bienveillance le début des négociations entre les parties. On sait que les causes d’un conflit sont liés à l’inquiétude des parties vis-à-vis de leur sécurité. Il aurait fallu aborder cela dans la résolution. L’Afrique du Sud estime que l’ONU devrait être utilisée comme une plateforme pour rapprocher les points de vue, régler les divergences d’opinion, fournir des recommandations et un soutien aux parties pour qu’elles se parlent dans un esprit de compromis. Tout en faisant baisser les tensions, en s’engageant à la cessation des hostilités, en construisant la confiance. Malheureusement, le texte qui est devant nous n’a pas fait cela.

Mathu Joyini (Afrique du Sud à l’ONU): «La résolution ne crée pas un environnement favorable à la diplomatie»

Attention toutefois, 28 pays du continent ont quand même approuvé ce texte, comme le Bénin, la RDC, la Côte d’Ivoire, le Tchad, la Tunisie ou encore le Rwanda. Kigali a rappelé que la souveraineté, l’indépendance de tout pays devaient être respectées. « L’escalade militaire doit cesser immédiatement », a demandé le pays. Dans une déclaration mesurée, son représentant a plusieurs fois appelé au dialogue, à un cessez-le-feu, rappelant que seule la négociation permettrait une sortie de crise.


Nous avons voté en faveur de cette résolution pour soutenir fermement le principe que la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de n’importe quel pays doivent être respectées. L’escalade militaire devrait cesser immédiatement, pour parvenir à un règlement pacifique de cette crise. La Russie et l’Ukraine ont la clé pour résoudre ce conflit. L’intervention extérieure ne fera qu’aggraver la situation. Nous soutenons pleinement les efforts internationaux en vue d’une désescalade de la guerre. Nous demandons aux parties concernées de faire preuve de calme et de chercher une solution à travers le dialogue pour s’assurer que les civils arrêtent de payer le plus lourd tribut. Une solution durable ne sera possible que si les parties dialoguent, et en prenant compte les préoccupations des deux camps. Nous sommes aussi inquiets par les rapports sur les Africains discriminés et empêchés de quitter l’Ukraine en sécurité pour atteindre les pays voisins. Nous demandons à tous les acteurs de permettre une évacuation sans entrave, sans considération pour la couleur ou l’origine.

Robert Kayinamura (Rwanda à l’ONU): «L’intervention extérieure ne fera qu’aggraver la situation»

La Tunisie a expliqué avoir voulu soutenir les valeurs onusiennes. Le représentant de Tunis a demandé à ce qu’une solution pacifique soit trouvée par le dialogue, afin de mettre fin à cette tragédie humaine. « Aucune option militaire ne peut régler une crise. Seule la négociation y parviendra », a indiqué le pays.

Par ailleurs, peut-être pour envoyer un signal, des pays ont carrément décider de ne pas voter du tout : Burkina, Guinée, Cameroun ou encore Éthiopie. Un seul pays africain a voté contre cette résolution, sans surprise, il s’agit de l’Érythrée.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :