Guinée: le gouvernement annonce la dissolution du FNDC

guinée: le gouvernement annonce la dissolution du fndc 62f30c3a6dad4.jpeg
guinée: le gouvernement annonce la dissolution du fndc 62f30c3a6dad4.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Le gouvernement guinéen vient d’annoncer la dissolution du FNDC, une coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile. Le Front National pour la Défense de la Constitution a été le fer de lance de la contestation contre l’ancien président Alpha Condé et s’oppose depuis plusieurs mois à la junte au pouvoir.                 </p><div readability="71.292844677138">

                <p>Dans un arrêté daté d’hier soir, le gouvernement de transition accuse le mouvement d’organiser des manifestations armées sur la voie publique et lui reproche d’agir comme un groupe de combat ou une milice privée.

« Leur mode opératoire, écrit le gouvernement, se structure par des actions violentes au cours de manifestations interdites, des attaques contre des individus qui ne partagent pas leur idéologie, et des actions ciblées contre les forces de l’ordre. »

« Des actions qui mettent en péril l’unité nationale », affirme le gouvernement, qui ajoute que le FNDC ne figure pas parmi les organisations non gouvernementales agréées dans le pays.

L’arrêté a été publié alors que le mouvement de contestation venait d’annoncer de nouvelles manifestations, dénonçant le manque de réponse à ses demandes d’un « dialogue crédible » sur la transition vers un pouvoir civil.

Le FNDC était à l’initiative des manifestations organisées les 28 et 29 juillet dernier, interdites par les autorités, et au cours desquelles cinq personnes ont été tuées. « Il ne peut pas y avoir de possibilités de laisser quiconque entraîner le pays dans une forme de violence qui ne dit pas son nom, fait valoir le porte-parole du gouvernement Ousmane Gaoual Diallo. Au regard de ce qui s’est passé à la suite de cette manifestation interdite, avec plus de cinq morts, cela justifie clairement les craintes que l’État avait de laisser les manifestations se dérouler. Parce qu’on sait d’où vient notre pays. Faut pas non plus qu’on fasse comme si la Guinée était un havre de paix où tous les paramètres sont normaux et que le contexte permet ce type d’expression. » Le ministre rappelle que la porte du dialogue avec le gouvernement n’a jamais été fermée.

De son côté, l’ONG Africtivistes, regroupant des blogueurs et cyber-activistes africains, s’inquiète d’un rétrécissement de l’espace civique en Guinée.


On ne peut pas comprendre ces arguments parce qu’ils ne reposent que aucun fondement juridique. Après s’être concerté avec ce mouvement, après lui avoir tendu la main et après avoir bénéficié du travail de ce mouvement, c’est un retour en arrière qui est très amer pour tous les citoyens guinéens qui se sont donnés corps et âmes avec énergie pour préserver les acquis démocratiques. C’est déplorable […]

Cheikh Fall, président d’Afriktivistes

Le mouvement sénégalais Y’en a marre a également condamné la dissolution du FNDC, y voyant le « reflet autoritaire d’une transition qui veut confisquer les libertés individuelles et collectives des citoyens ».

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :