Guinée: polémique après la décision de la junte d’interdire de manifester pendant la Transition

guinée: polémique après la décision de la junte d’interdire de manifester pendant la transition 6280588ec4b48.jpeg
guinée: polémique après la décision de la junte d’interdire de manifester pendant la transition 6280588ec4b48.jpeg

Publié le :

                Controverse en Guinée après la décision de la junte au pouvoir d’interdire les manifestations publiques pour le temps de la transition. La mesure a été dénoncée par la société civile et les partis politiques.                </p><div readability="46.171931956258">

                <p>Dans un communiqué lu à la télévision publique ce vendredi soir 13 mai, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), prohibe « <em>toutes manifestations sur la voie publique, de nature à compromettre la quiétude sociale et l'exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme jusqu'aux périodes de campagne électorale</em> ». Cette décision est prise deux jours après la fixation <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20220511-guinée-l-organe-législatif-fixe-à-trois-ans-la-durée-de-la-transition" target="_self" rel="noopener">d’une durée de 36 mois</a></strong> pour la transition. Autant dire que les manifestations seraient interdites pendant trois ans.</p>                
<p>Selon le FNDC, c'est une décision illégale et illégitime. La plateforme à l’origine de la lutte contre le 3e mandat d’Alpha Condé dénonce « <em>la volonté manifeste du CNRD de s'éterniser au pouvoir en muselant toutes les forces sociales et politiques du pays</em> ». Et elle prévient qu’elle ne se soumettra pas à cette interdiction et reprendra les marches.</p><div class="m-em-audio m-em-audio--in-article" readability="31">



    <div class="m-em-audio__show-infos" readability="7">
    <p class="m-em-audio__show-infos__emission">
                    Abdoulaye Oumou Sow (FNDC): «On ne peut pas nous interdire ce droit»

                <p class="m-em-audio__show-infos__metadata"><span class="m-em-audio__show-infos__metadata__author">François Mazet</span></p>
        </div>
</div>

De son côté, l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH) rappelle que le droit de manifester est garanti par les conventions internationales et par la charte de transition elle-même.

Alseny Sall (OGDH): «Nous ne comprenons pas cette démarche du CNRD»

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :