Hubert Oulaye et Damana Pickass, deux fidèles de Gbagbo à la direction de son nouveau parti

hubert oulaye et damana pickass, deux fidèles de gbagbo à la direction de son nouveau parti 6178aef163388.jpeg
hubert oulaye et damana pickass, deux fidèles de gbagbo à la direction de son nouveau parti 6178aef163388.jpeg

Publié le :

La nouvelle formation politique lancée en grandes pompes, il y a une dizaine de jours, compte désormais un président exécutif et un secrétaire général. Ces deux figures du FPI sont censées incarner l’expérience et la jeunesse, comme annoncé par Laurent Gbagbo.

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané

Nommé président exécutif du PPA-CI, Hubert Oulaye est un proche de Laurent Gbagbo. Le professeur agrégé en droit constitutionnel de 67 ans, originaire de l’Ouest ivoirien, a été le directeur de cabinet de l’ex-chef d’État dans la deuxième moitié des années 1990, jusqu’à son ascension à la tête du pays. 

Plusieurs fois ministre, notamment à la Fonction publique, il s’exile au Ghana après la meurtrière crise post-électorale de 2011, avant de rentrer au pays trois ans plus tard. Il est arrêté et condamné à vingt ans de prison pour complicité d’assassinat de sept casques bleus, avant son amnistie en 2018. Une accusation qu’il a toujours rejetée. Élu député en mars dernier, il prend la tête du groupe parlementaire EDS. En tant que président exécutif du PPA-CI, il sera chargé d’administrer quotidiennement le parti.

Pour l’accompagner dans sa mission, il pourra compter sur Damana Adia Pickass, désigné secrétaire général. À 49 ans, il incarne le rajeunissement du parti, promis par Laurent Gbagbo lors du lancement du PPA-CI. Administrateur civil de formation, c’est aussi un ancien de la Fesci, le puissant syndicat étudiant de Côte d’Ivoire, puis devient une figure de la section Jeunesse du FPI. 

Damana Pickass s’est fait connaître au niveau international en 2010, lorsque devant les caméras du monde entier, il arrache la feuille des résultats de la présidentielle des mains du porte-parole de la Commission électorale, refusant la proclamation de la défaite de son mentor. Il s’installe aussi au Ghana en 2011, avant son retour en avril dernier.

En choisissant cet homme de combat au secrétariat général, Laurent Gbagbo lui confie un mandat de taille pour implanter le parti naissant sur l’ensemble du territoire et enregistrer de nouveaux adhérents.

En toute logique, c’est Assoa Adou qui hérite de la présidence du Conseil stratégique et politique, nouvel organe créé pour penser la stratégie globale du parti. L’ancien secrétaire général du FPI est l’un des plus anciens compagnons de lutte de Laurent Gbagbo, militant à ses côtés depuis la fin des années 1960. Ces dernières années, il était le relais de l’ex-dirigeant à Abidjan.

La grande absente reste Simone Gbagbo. Selon la porte-parole de Laurent Gbagbo, l’ex-première dame a bien été invitée à rejoindre le conseil stratégique et politique du parti. Une offre qu’elle a rejetée.

► À lire aussi : Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo met son parti panafricaniste sur les rails et se «prépare à partir»

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :