« Jetées comme des sacs poubelles » : des dizaines de femmes de ménages éthiopiennes jetées devant le consulat de Beyrouth (vidéo)

« jetées comme des sacs poubelles » : des dizaines de femmes de ménages éthiopiennes jetées devant le consulat de beyrouth (vidéo) 60eaf74e1bd23.jpeg
« jetées comme des sacs poubelles » : des dizaines de femmes de ménages éthiopiennes jetées devant le consulat de beyrouth (vidéo) 60eaf74e1bd23.jpeg

Ces deux dernières semaines, plus de 100 femmes de ménages éthiopiennes ont dormi dans la rue devant l’ambassade d’Éthiopie à Beyrouth, au Liban, après avoir été mises à la porte par leurs employeurs qui n’ont plus les moyens de les payer.

Le Liban est actuellement confronté à une crise économique en raison de la pandémie de coronavirus, la monnaie du pays ayant perdu 70 % de sa valeur au cours des six derniers mois, selon The Telegraph. Les prix des produits de base ont augmenté, les chiffres du chômage ont augmenté et les gens ne sont plus capables d’épargner.

Publicité

Les familles de classe moyenne affirment qu’elles ne peuvent plus payer les salaires de leurs femmes de ménages, principalement originaires d’Ethiopie.

« J’ai été jetée au bord de la route comme un déchet. Je ne suis pas une ordure, comment a-t-elle pu me faire ça ? », a déclaré Aseem, une jeune éthiopienne de 20 ans qui n’a pas reçu de salaire depuis sept mois.

Aseem et de nombreuses travailleuses domestiques éthiopiennes ont été abandonnées ou jetées comme des sacs poubelles devant le consulat éthiopien à Beyrouth. La semaine dernière, le premier groupe de 35 femmes qui ont été abandonnées à l’ambassade a été emmené dans un refuge géré par une ONG. Depuis lors, d’autres sont arrivées à l’ambassade, déposées par leurs employeurs. Certaines ont ensuite été emmenées dans un camp de réfugiés informel, où 35 d’entre elles partagent une salle de séjour.

Abaeba, qui a été mise à la porte récemment, a déclaré à The Telegraph : « Ils m’ont frappé au visage et m’ont jeté à la rue. Puis ils m’ont jeté de l’argent pour prendre un taxi et m’ont dit de partir au consulat. C’est normal qu’ils nous frappent ? »

Farah Salka, directrice du mouvement antiraciste libanais, a déclaré à la BBC que ces travailleuses domestiques, dont beaucoup ne peuvent même pas récupérer leur passeport, ne sont pas couvertes par le code de travail, leurs droits et leur protection en matière de travail étant bafoués. « Ce système permet l’esclavage moderne dans nos maisons », a-t-elle déclaré.

Crédit photo : facetofaceafrica

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :