Kenya: naissance de girafons masaï jumeaux, dans le parc national de Nairobi

kenya: naissance de girafons masaï jumeaux, dans le parc national de nairobi 62d75d1fa9ad2.jpeg
kenya: naissance de girafons masaï jumeaux, dans le parc national de nairobi 62d75d1fa9ad2.jpeg

Publié le :

                C'est un évènement rare. Une girafe masaï du parc national de Nairobi, au Kenya, a donné la vie à des jumeaux. Le ministre du Tourisme et de la vie sauvage dit que le pays les accueille « avec amour ».                </p><div readability="105.69945355191">

                <p>Deux girafons masaï, des jumeaux, avec leur petit corps tacheté, sont nés au sud de la capitale du Kenya après quinze mois de gestation, a-t-on appris ce mardi 19 juillet via le réseau social Twitter.

C’est le ministre en charge de la faune qui a annoncé l’évènement. Il parle d’un « phénomène extrêmement rare ». « Nous accueillons les nouveaux-nés avec amour », ajoute Najib Balala.

 

Ce parc de 117 km2 est le plus ancien d’Afrique de l’Est. Le dessin de la réserve date de l’époque coloniale britannique, les années 1940. Il a résisté à la croissance, en partie sauvage, de la capitale.

C’est donc dans un endroit touristique, qui abrite aussi des lions ou des rhinocéros, et situé à seulement sept kilomètres du centre-ville de Nairobi, qu’a eu lieu la naissance des deux bébés girafes.

 

Peu de cas de jumeaux

Les girafes figurent parmi les mammifères qui ont la plus longue période de gestation. Quinze mois, pour ce qui les concerne. Seuls quelques cas de jumeaux ont été documentés, morts le plus souvent.

Ces géantes accouchent debout : leur petit, plus gros en moyenne qu’un être humain adulte, tombe d’un peu moins de deux mètres, puis se retrouve sur ses quatre pattes, en principe, dans l’heure.

<div class="m-em-image">

Une girafe masaï en pleine dégustation, au Selenkay Conservancy, à Amboseli, le 22 juin 2022.
Une girafe masaï en pleine dégustation, au Selenkay Conservancy, à Amboseli, le 22 juin 2022. AFP – YASUYOSHI CHIBA
    </div> 

Selon la classification admise, le Kenya abrite trois sortes de girafes, à savoir les girafes masaï, une espèce à part entière, les réticulées et les de Rothschild. Elles vivent jusqu’à 25 ans (35 ans, en captivité).

Mais ces ruminants herbivores magnifiques figurent dans la catégorie des espèces menacées, sur la liste rouge établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCM), depuis 2016.

<div class="m-em-image">

Une girafe masaï boit de l'eau au Selenkay Conservancy, à Amboseli, au Kenya, le 21 juin 2022.
Une girafe masaï boit de l’eau au Selenkay Conservancy, à Amboseli, au Kenya, le 21 juin 2022. AFP – YASUYOSHI CHIBA
    </div> </p><h2>Girafes masaï en danger</h2><p>Le réseau mondial pour la conservation de la nature explique que la démographie humaine, la chasse illégale ou encore l'expansion de l'agriculture et des exploitations minières menacent les girafes.

Ces facteurs « poussent l’espèce vers l’extinction », ajoute l’organisation. Il resterait quelque 117 000 de ces animaux vivant à l’état sauvage dans le monde, selon une fondation dédiée à leur conservation.

                </span>
            </figcaption>
                </div>
<p> 

Cette dernière, la Girafe Conservation Foundation ou GCF, une organisation à but non lucratif, estime que le nombre de ces mammifères a chuté massivement ces 30 dernières années, en Afrique.

Sur les neuf sous-espèces, les masaï, mais également les girafes réticulées, sont considérées en danger. Mais les girafes de Nubian, et du Kordofan, sont de leur côté en danger critique d’extinction.

Avec agences

►Écouter aussi : Sécheresse au Kenya, la faune en danger (Reportage Afrique)

            </div>
Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :