Kenya: une fillette de 6 ans torturée à mort par son père et sa belle-mère

kenya: une fillette de 6 ans torturée à mort par son père et sa belle mère 6279c3820c94d.jpeg
kenya: une fillette de 6 ans torturée à mort par son père et sa belle mère 6279c3820c94d.jpeg

Les détectives des homicides ont fait une percée majeure en élucidant le mystère du meurtre de Beverly Mumo Musyoki, 6 ans, qui a été brutalement tuée par son père Robinson Musyoki et sa belle-mère Rose Muteti, le 24 août 2020 au Kenya.

La mineure qui était au centre d’une longue bataille entre ses parents séparés, est décédée subitement le 24 août 2020, alors qu’elle vivait avec son père à Mlolongo, dans le comté de Machakos.

Dans un rapport déposé au poste de police de Mlolongo, la fillette s’était plainte de douleurs à la poitrine et avait été déclarée morte à son arrivée à l’hôpital Mater de Nairobi.  Une autopsie effectuée plus tard par quatre médecins, dont le pathologiste du gouvernement, Johansen Oduor, a révélé qu’elle était décédée des suites de blessures traumatiques.

La Direction des enquêtes criminelles, DCI, dans un communiqué du lundi 9 mai 2022, a déclaré qu’après avoir mené de nouvelles enquêtes sur le meurtre, qui avait auparavant été rejeté comme le  » travail des puissances des ténèbres  », les experts en homicide ont ouvert une nouvelle boîte de Pandore reliant les deux au meurtre et les a arrêtés dimanche, à Emali, dans le comté de Makueni.

« Selon la mère biologique de Beverly, Naomi Kiamba, elle a appris la mort de sa fille par un appel téléphonique de son ex-mari, qui l’a appelée le 24 octobre 2020 et l’a informée qu’il se dirigeait vers le salon funéraire de Montezuma, puisque leur  fille était tombée malade et est décédée », lit-on dans le communiqué.

« Naomi s’est précipitée au salon funéraire pour être confrontée au corps sans vie de sa fille portant des ecchymoses sur tout le corps. Un rapport publié à l’époque par le pathologiste en chef du gouvernement, le Dr Johansen Oduor, indiquait que la cause du décès était un traumatisme contondant, laissant entendre que l’enfant était décédé des suites de blessures correspondant à un cas de maltraitance d’enfants. » 

Les enquêtes menées par les détectives des homicides indiquent que suite à la séparation amère des parents de Beverly, un tribunal pour enfants avait ordonné que Robinson reste avec les enfants du 29 octobre 2019 au 5 décembre 2020 avant de les rendre à leur mère. C’était la dernière fois que Naomi a vu sa fille vivante, car son ex-mari, ingénieur au Kenya Pipeline, n’a jamais rendu les enfants et a cessé de répondre à ses appels. À son insu, Robinson avait épousé une autre femme et avait emménagé avec elle dans un pays inconnu. Naomi est retournée au tribunal le 16 décembre 2019 et a obtenu un mandat d’arrêt contre Robinson qui a été signifié au commissariat de la zone industrielle d’OCS. Robinson était introuvable jusqu’à près d’un an plus tard, lorsqu’il a appelé Naomi avec la nouvelle dévastatrice de la mort de leur fille. 

LIRE AUSSI: Nigeria: un père tue sa fillette pour l’offrir comme un « sacrifice à Dieu »

Avant leur séparation, le couple vivait heureux et était de fervents chrétiens. Le mari de Naomi jouait de la guitare à l’église de la Fraternité africaine à starehe pendant qu’elle chantait dans la chorale. Mais tout à coup, Naomi a commencé à remarquer un comportement étrange de la part du mari. Il  a commencé à boire de l’alcool, mais il était abstinent et menait des rituels utilisant du sang animal, ce qui a poussé Naomi à la dépression et a conduit à l’effondrement de leur mariage. Les détectives ont également établi que le frère de 11 ans de la défunte qui est un témoin clé dans cette affaire avait reçu des menaces de mort, s’il révélait ce qui s’était passé avant la mort de sa sœur. Les nouvelles enquêtes sur cette affaire font suite à l’élévation de l’unité des homicides au rang de département à part entière au sein de la Direction des enquêtes criminelles par le directeur général George Kinoti, et à la confirmation de M. Martin Nyuguto, HSC, en tant que directeur. 

Les deux suspects sont actuellement à la Haute Cour de Machakos pour meurtre, a conclu le communiqué.

Total
6
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :