La mort du dernier membre met fin à l’existence d’une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970

la mort du dernier membre met fin à l’existence d’une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970 630ebcc041806.jpeg
la mort du dernier membre met fin à l’existence d’une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970 630ebcc041806.jpeg

L’une des tribus indigènes les moins connues et les plus insaisissables du Brésil a maintenant été déclarée éteinte, bien que personne ne sache comment la tribu s’appelait ou quelle langue était parlée.

Un homme connu sous le nom de « l’homme du trou » ou « l’homme le plus solitaire du monde » est décédé au Brésil après avoir évité tout contact avec les humains pendant près de 30 ans.

L’homme est le dernier membre survivant connu d’une tribu amazonienne au Brésil. La Fondation nationale indienne du Brésil, la FUNAI, a annoncé le décès du membre de la tribu.

« (La FUNAI) informe, avec un immense regret, la mort de l’indigène connu sous le nom d’« Tanaru Indian » ou « Indian Hole », qui vivait dans un isolement volontaire et était surveillé et protégé par la Funai par le biais du Front de protection ethnoenvironnementale Guaporé, dans l’état de Rondônia, il y a environ 26 ans. L’indigène était le seul survivant de sa communauté, d’ethnie inconnue  a indiqué l’agence dans un communiqué.

La FUNAI a rapporté que le corps de l’homme avait été retrouvé dans son hamac à l’intérieur d’une hutte la semaine dernière par des responsables chargés de surveiller le territoire indigène reculé de Tanaru dans l’État de Rondônia, dans l’ouest de l’Amazonie brésilienne, où il vivait en « isolement volontaire ». L’homme aurait eu environ 60 ans.

La mort du dernier membre met fin à l'existence d'une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970

Il a été surnommé « l’homme du trou » en raison de son habitude de creuser de grands trous profonds pour piéger les animaux et se cacher. Il n’y avait aucun signe de violence ou de lutte, et il semble qu’il soit mort de causes naturelles.

La police fédérale brésilienne effectuera une autopsie sur le corps de l’homme et produira un rapport sur les résultats. Selon l’organisation à but non lucratif Survival International, « l’homme du trou » était le seul habitant du territoire de Tanaru, qu’il décrivait comme « une petite île de forêt dans une mer de vastes ranchs de bétail ».  L’organisation a déclaré que le reste de la tribu avait été massacré dans une série d’attaques qui auraient été perpétrées par des éleveurs de bétail avides de terres depuis les années 1970, les six derniers membres ayant été exterminés en 1995.

La mort du dernier membre met fin à l'existence d'une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970

« L’homme du trou » – a été vu pour la dernière fois en vidéo en 2018 en train de couper un arbre avec un outil en forme de hache. Les moniteurs ne l’avaient plus revu après ce moment, mais ils sont tombés sur ses huttes de paille et ses trous profonds hérissés de pointes qu’il creusait pour piéger les animaux ou se cacher des étrangers.  Les preuves sur les lieux suggèrent que le membre de la tribu solitaire a survécu en plantant du maïs et de la papaye.

« Aucun étranger ne connaissait le nom de cet homme, ni même grand-chose à propos de sa tribu – et avec sa mort, le génocide de son peuple est complet », a déclaré Fiona Watson, directrice de la recherche et du plaidoyer de Survival International.

« Car il s’agissait bien d’un génocide – l’anéantissement délibéré de tout un peuple par des éleveurs de bétail avides de terres et de richesses. Nous ne pouvons qu’imaginer les horreurs dont il a été témoin dans sa vie et la solitude de son existence après la mort du reste de sa tribu, mais il a résolument résisté à toutes les tentatives de contact et a clairement indiqué qu’il voulait juste qu’on le laisse seul. » , dit-elle.

La mort du dernier membre met fin à l'existence d'une tribu amazonienne super isolée découverte vers 1970

Il y a environ 240 tribus indigènes au Brésil, dont beaucoup sont menacées par les mineurs, les bûcherons et les agriculteurs illégaux qui empiètent sur leur territoire, prévient Survival International, un groupe de pression qui lutte pour les droits des peuples indigènes.

Total
4
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :