L’Arabie saoudite accusée d’avoir déporté des milliers de Tigréens vers l’Éthiopie

l’arabie saoudite accusée d’avoir déporté des milliers de tigréens vers l’Éthiopie 61d647b06be26.png
l’arabie saoudite accusée d’avoir déporté des milliers de tigréens vers l’Éthiopie 61d647b06be26.png

Publié le :

                Des milliers de Tigréens expulsés d’Arabie Saoudite ont été emprisonnés illégalement et maltraités à leur retour en Éthiopie, selon un rapport publié mercredi 5 janvier par Human Rights Watch. L’ONG a interrogé 23 Tigréens, parmi les dizaines de milliers d'immigrants éthiopiens expulsés par Riyad en 2021 dans le cadre d’un accord passé entre l’Éthiopie et l’Arabie saoudite.                </p><div readability="53.792562724014">

                <p><em>Avec notre correspondante régionale, </em><strong>Florence Morice</strong>

C’est une nouvelle illustration du profilage ethnique à l’œuvre en Éthiopie que dénonce l’ONG. Selon Human Rights Watch quarante pour cent des Éthiopiens rapatriés d’Arabie saoudite entre novembre 2020 et juin 2021 étaient des Tigréens.

Et si les autres ont pu retrouver la liberté au bout de quelques jours, le sort réservé aux originaires du Tigré est bien différent, raconte Laetitia Bader directrice pour la Corne de l’Afrique au sein de l’ONG : « Au début, ils étaient dans des centres de transit à Addis-Abeba qui sont devenus au cours de l’été des centres de détention. En même temps des centaines de Tigréens qui ont pu sortir du centre de transit au début du retour et qui ont essayé de rejoindre le Tigré se sont fait arrêter et ont été détenus depuis ce moment-là dans au moins deux centres de détention, un en Afar et l’autre dans le sud de l’Éthiopie. »

Travail forcé, maltraitance…

Aucun des témoins interrogés par l’ONG n’a pu avoir accès à un avocat. Certains déclarent avoir été battus, d’autres soumis à du travail forcé. L’ONG s’inquiète aussi du fait que les expulsions ont augmenté l’été dernier au moment même où les vagues d’arrestations ciblant les Tigréens se multipliaient. « Il faut vraiment que l’Arabie saoudite arrête de déporter les Tigréens vers l’Éthiopie où ils ont un risque réel de persécution », insiste Laetitia Bader.

Human Rights Watch rappelle l’Arabie saoudite à son obligation de protection et lui demande d’ouvrir l’accès pour les Tigréens aux procédures d’asile.

►À lire aussi : Une fenêtre d’opportunités pour des négociations de paix s’est ouverte en Éthiopie

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :