Le conflit dans l’Est de la RDC a séparé des centaines d’enfants de leurs familles

le conflit dans l’est de la rdc a séparé des centaines d’enfants de leurs familles 62b909e871231.jpeg
le conflit dans l’est de la rdc a séparé des centaines d’enfants de leurs familles 62b909e871231.jpeg

Publié le :

                En République démocratique du Congo, des dizaines de milliers de personnes ont fui leur foyer depuis la fin du mois de mars, dans le territoire de Rutshuru (dans l'Est), pour fuir les combats entre les rebelles du M23 et les forces congolaises. Le comité international de la Croix-Rouge estime à 150 000 le nombre de déplacés internes, auxquels il faut ajouter 25 000 réfugiés en Ouganda. Parmi ces personnes se trouvent des enfants, dont plus de 800 sont séparés de leurs familles.                </p><div readability="70.99375">

                <p>« <em>Les combats ont suscité un vent de panique et les familles se sont dispersées alors qu'elles tentaient de fuir</em> », explique le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Des enfants se sont donc retrouvés séparés de leurs familles, parfois à l’intérieur du pays, mais d’autres fois, les membres de la famille se trouvent séparés entre la RDC et l’Ouganda.

Selon Raphael Ténaud, chef de sous délégation du CICR pour le Nord Kivu, ces enfants partagent les mêmes besoins que toute personne déplacée ou réfugiée : « Ils vivent parfois dans des conditions qui sont difficiles, ils manquent d’eau, de soins de santé, d’accès à des toilettes dignes de ce nom, parfois quand les enfants sont très vulnérables, nous pouvons également les accueillir et les transférer dans des centres d’accueil, par exemple à Goma, qui vont pouvoir les prendre en charge le temps que nous cherchons et trouvons, on l’espère, leur famille. »

À ce jour, une quarantaine d’enfants non accompagnés ont pu être ramenés à leurs familles en RDC.

Le CICR poursuit son travail, pour que les autres puissent à leur tour retrouver leurs proches. Mais la tâche est compliquée par la situation sécuritaire dans la zone, ainsi que par l’âge des enfants concernés, explique Raphael Ténaud :

Il y a certains enfants qui sont déjà des adolescents, et d’autres qui sont tellement petits qu’ils ne peuvent même pas nous expliquer comment trouver leurs parents. On ne trouve pas d’où ils viennent exactement, ils ne connaissent pas de numéro de téléphone ni d’adresse, et c’est d’autant plus difficile pour ces enfants-là de trouver leur famille.

Le CICR demande à toute personne disposant d’informations sur des enfants non accompagnés de les contacter en approchant un de leurs volontaires en RDC ou par téléphone. Pour cela, l’organisation a mis en place un système d’appels téléphoniques gratuits pour les personnes déplacées séparées de leurs proches, au 47 22 22.

            </div>
Total
12
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :