L’Éthiopie dénonce les prises de position du directeur de l’OMS sur le conflit au Tigré

l’Éthiopie dénonce les prises de position du directeur de l’oms sur le conflit au tigré 61e225dc8c1ce.jpeg
l’Éthiopie dénonce les prises de position du directeur de l’oms sur le conflit au tigré 61e225dc8c1ce.jpeg

Publié le : Modifié le :

                Addis-Abeba demande à l’OMS d’ouvrir d’une enquête contre son directeur, l’Éthiopien Tedros Gebreyesus. Elle l’accuse de menacer «<em> l’intégrité</em> » de l’Organisation mondiale de la santé, et de parti pris pour le TPLF, le directeur, lui-même originaire du Tigré, a plusieurs fois dénoncé en termes très forts le blocage de l’aide humanitaire dans cette région.                </p><div readability="60.651539708266">

                <p><em>Avec notre correspondante à Nairobi,</em><strong> Florence Morice</strong>

« Nulle part ailleurs dans le monde nous assistons à un enfer comme au Tigré ». Quelques heures après que ledirecteur de l’OMS a tenu ces propos, très forts, l’Éthiopie a annoncé avoir saisi l’Organisation mondiale de la santé pour lui demander d’ouvrir une enquête contre lui.

Dans son communiqué diffusé jeudi soir, le gouvernement éthiopien accuse Tedros Gebreyesus de « forfaiture », « violation de sa responsabilité légale et professionnelle ». Addis-Abeba l’accuse d’« ingérence dans les affaires intérieures de l’Éthiopie » et ni plus ni moins que d’être un « membre actif » du TPLF, classé comme « terroriste » par l’Éthiopie. Le directeur de l’OMS est même accusé par son pays de fournir au mouvement « un soutien financier et technique ».

Ces accusations interviennent alors que l’OMS doit se réunir la semaine prochaine pour entériner la reconduction de Tedros Gebreyesus pour un second mandat de 5 ans à la tête de l’organisation. Une démarche qui ressemble, selon un observateur, à une « tentative de faire dérailler » sa reconduction au dernier moment.

Reste à savoir si l’Éthiopie arrivera à convaincre suffisamment de pays membres de l’OMS du bien-fondé de sa démarche. D’autant que l’actuel directeur est l’unique candidat à sa réélection.

Vendredi soir, l’Organisation mondiale de la santé n’avait pas encore réagi. Selon l’ONU les frappes aériennes menées par les autorités fédérales au Tigré ont fait au moins 108 morts depuis le début de l’année.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :