L’ONU et l’Union africaine appellent Soudanais et politiques à soutenir le Premier ministre

l’onu et l’union africaine appellent soudanais et politiques à soutenir le premier ministre 61a97632d35e9.jpeg
l’onu et l’union africaine appellent soudanais et politiques à soutenir le premier ministre 61a97632d35e9.jpeg

Publié le :

                L'ONU et l'Union africaine parlent d'une seule voix sur la situation au Soudan. Lors d’un point presse à New York, les deux hommes ont appelé les parties soudanaises à trouver un compromis, et notamment les partis politiques à appuyer le Premier ministre Abdallah Hamdok.                </p><div readability="62.608495394063">

                <p>En déplacement au siège des Nations unies, le président de la Commission de l'UA s’est exprimé avec le secrétaire général de l’ONU <a href="https://www.rfi.fr/fr/tag/antonio-guterres/" target="_self" rel="noopener"><strong>Antonio Guterres</strong></a> sur le dossier soudanais. C'est Antonio Guterres qui, à cet égard, a été le plus explicite.</p><h2>« <em>Un appel à la contention et au bon sens</em> »</h2><p>Il a dit comprendre « <em>l'indignation des populations</em> », qui disent <a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211130-soudan-la-rue-maintient-la-pression-malgré-l-accord-entre-hamdok-et-la-junte" target="_self" rel="noopener"><strong>ne plus voir aucune solution possible</strong></a> au Soudan avec les militaires. Mais il a également tenu à lancer, selon ses propres termes, « <em>un appel à la contention et au bon sens</em> », en dépit du fait que « <em>la situation n'est pas parfaite</em> ». Et cet appel est le suivant : « <em>appuyer le Premier ministre Abdallah Hamdok dans les prochains pas pour que soit possible une transition pacifique vers une véritable démocratie au Soudan</em> ».

Juste avant Antonio Guterres, Moussa Faki Mahamat, au nom de l’Union africaine, avait suivi la même ligne. Il avait notamment dit tenir compte « des revendications des jeunes et des partis politiques ». Mais il avait aussi qualifié « la réhabilitation du Premier ministre » comme « un signe encourageant ».

« Un momentum »

Pour lui, les progrès politiques accomplis depuis la levée de son assignation à résidence constituent « un momentum, a-t-il dit, qu’il ne faut pas perdre malgré les dérapages ». Il avait enfin annoncé l’envoi prochain d’une mission du Conseil paix et sécurité de l’UA à Khartoum.

À ce jour, les partis politiques ont pris leurs distances avec leur ancien représentant, qu’ils accusent d’avoir outrepassé son autorité en acceptant le compromis avec les militaires.

À lire aussi : Soudan: la rue maintient la pression malgré l’accord entre Hamdok et la junte

            </div>
Total
3
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :