Mali: les jihadistes de l’EIGS ont pris le contrôle de la ville de Talataye

mali: les jihadistes de l’eigs ont pris le contrôle de la ville de talataye 631947866e4b5.jpeg
mali: les jihadistes de l’eigs ont pris le contrôle de la ville de talataye 631947866e4b5.jpeg

Publié le :

                Talataye, à environ 150 km de Gao, est contrôlée depuis mardi 6 septembre dans la soirée par des jihadistes de l'État islamique au Grand Sahara (EIGS), selon l'AFP citant un élu local, un responsable régional et un interlocuteur sur place. Pour l'heure, aucun bilan humain n'est disponible.                </p><div readability="65.089143865843">

                <p>Hachim est l’un des surnoms de la figure de l’EIGS qui fait office depuis ce mercredi de «<em> chef de la ville de Talataye</em> ». La veille, l’homme est arrivé dans cette localité malienne du nord, située dans la zone dite des 3 frontières, avec plusieurs centaines d’hommes armées. La plupart étaient à moto. 

Selon un combattant du Mouvement de Salut de l’Azawad, cité par l’AFP, « les combats ont duré trois heures » et puis, c’est « au crépuscule » que la localité est tombée aux mains des jihadistes. Le combattant dit avoir lui-même pris part aux combats, avant de se replier.

Les combats ont été particulièrement violents. D’après nos informations, le marché et des habitations de la localité ont été brûlés par les nouveaux maîtres des lieux. Des combattants ont été tués, des civils ont été pris pour cibles et l’on compte également de nombreux déplacés.

Volonté d’expansion de l’EIGS

Ces combats illustrent bien la volonté d’expansion territoriale de l’EIGS. L’organisation terroriste multiplie ces derniers temps les opérations au-delà de sa zone d’emprise et comme une grande partie du pays, celle Talataye échappe de fait au contrôle de l’État. Les affrontements y sont réguliers depuis le début du conflit au Mali, en 2012. Le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) est notamment très implanté dans les brousses entourant la localité. Selon plusieurs observateurs, la situation sécuritaire sur le terrain, risque de se dégrader à nouveau.

Le journaliste francais Olivier Dubois enlevé à Gao en 2021 s’y était rendu en vue d’un entretien avec le commandant du GSIM de Talataye.

L’armée malienne disait mardi soir dans un communiqué avoir conduit une « reconnaissance offensive » au-dessus de Talataye.

            </div>
Total
3
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :