Mali: les partis politiques prennent position sur le calendrier de la transition

mali: les partis politiques prennent position sur le calendrier de la transition 6121aa7182a85.jpeg
mali: les partis politiques prennent position sur le calendrier de la transition 6121aa7182a85.jpeg

Publié le :

Théoriquement, les élections présidentielles et législatives sont prévues fin février 2022. À cette date, la transition aussi doit prendre fin. Les rencontres et déclarations de partis politiques se multiplient, les prises de position sur la date du scrutin aussi. Il y a ceux qui insistent pour qu’il se tienne aux dates prévues, ce qui est également une exigence d’institutions sous-régionales et internationales et ceux qui ne seraient pas contre une prolongation de la transition.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Il y a ceux qui font comme si les élections présidentielles se tiendront comme prévu en février 2022. Ils montrent déjà leurs muscles en faisant du terrain, et en multipliant les rencontres politiques, comme pour dire qu’ils iront au charbon.

Dans ce registre, on peut citer l’ancien Premier ministre malien Boubou Cissé, ou encore l’homme d’affaires Mamadou Seydou Coulibaly. Les deux n’ont pas de partis politiques propres à eux, et tablent sur des alliances.

De leur côté, des  hommes de la classe politique traditionnelle exigent un peu plus fermement le respect des dates prévues. L’ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, qui va aussi à la rencontre de ses militants et qui ne cache plus ses ambitions, estime comme d’autres politiques que le salut du pays est de respecter la durée prévue pour la transition.

Mais les partisans d’une prolongation de la durée de la transition affûtent leurs armes. Communiqués et meetings se succèdent dans des localités du pays dans ce sens. Les militaires sont-ils derrières ces manifestations ? C’est dans ce contexte que le Fare, parti de l’ancien Premier ministre Modibo, pourtant membre de la même alliance politique que l’actuel Premier ministre fait l’actualité. Dans un communiqué conjoint signé avec le Parena, autre formation politique du Mali, il demande le respect des échéances et la publication du calendrier électoral.

►À lire aussi : Mali: un chronogramme et le respect des échéances électorales, «pour une transition réussie»

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :