Maroc: quatre jeunes portent plainte pour abus sexuels contre l’ex-PDG d’Assu 2000 Jacques Bouthier

maroc: quatre jeunes portent plainte pour abus sexuels contre l’ex pdg d’assu 2000 jacques bouthier 62ae7df15346c.jpeg
maroc: quatre jeunes portent plainte pour abus sexuels contre l’ex pdg d’assu 2000 jacques bouthier 62ae7df15346c.jpeg

Publié le :

                Au Maroc, quatre femmes ont déposé plainte vendredi 17 juin pour harcèlement sexuel contre Jacques Bouthier, l'ancien patron français du groupe de courtage d'assurances Assu 2000. L'homme âgé de 75 ans, l'une des grandes fortunes de l'Hexagone, n'en est pas à sa première affaire de harcèlement : depuis mai dernier, il est déjà incarcéré en France pour « <em>viols sur mineure</em> ».                </p><div readability="61.670644391408">

                <p>Quatre plaignantes marocaines, âgées de 26 à 28 ans, ont déposé plainte auprès du procureur général de Tanger. Jacques Bouthier est visé par plusieurs chefs d’accusation, notamment « <em>traite d'êtres humains</em> », « <em>harcèlement sexuel</em> » et « <em>violences verbales et morales</em> ». D'après Karima Salama, avocate de l'Association marocaine des droits des victimes, les faits se sont produits entre 2018 et 2022.

Les jeunes femmes parlent de harcèlement systématique, de menaces, d’intimidations… tout cela dans un climat de précarité sociale. L’une d’entre elles a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de l’ex-PDG français. Une autre a expliqué qu’il ne procédait pas seul : « Il avait une armée de chefs qui étaient complices », a-t-elle confié.

Les plaignantes parlent de soirées arrosées organisées par Jeacques Bouthier où ce dernier proposait des rapports sexuels contre des avantages : celles qui refusaient vivaient un « enfer ».

La présidente de l’association marocaine des droits des victimes, Me Aïcha Guella, affirme qu’il y a des témoins et des preuves : elle parle d’échanges sur WhatsApp ou encore par mail. Elle est persuadée que d’autres femmes ont subi les mêmes abus et espère qu’elles pourront, elles aussi, parler et porter plainte.

Ces confessions restent remarquables au Maroc où les victimes d’abus sexuels sont encore souvent stigmatisées par la société.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :