Niger: le président Bazoum aurait joué un rôle central dans la libération de Suellen Tennyson

niger: le président bazoum aurait joué un rôle central dans la libération de suellen tennyson 6319474892599.jpeg
niger: le président bazoum aurait joué un rôle central dans la libération de suellen tennyson 6319474892599.jpeg

Publié le :

                Au Sahel, la libération d'une religieuse américaine, la semaine dernière, est le fruit de négociations entre les autorités nigériennes et le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans. La sœur Suellen Tennyson, 83 ans, qui avait été enlevée en avril dans le centre-nord du Burkina Faso, était détenue par le groupe, présent de part et d'autre de la frontière avec le Niger. Selon plusieurs sources, la volonté de négociation est venue de la présidence nigérienne elle-même.                </p><div readability="74.278502313841">

                <p>D'après les <a href="https://www.france24.com/fr/afrique/20220906-religieuse-américaine-libérée-au-niger-la-stratégie-du-président-bazoum-porte-ses-fruits" target="_blank" rel="noopener"><strong>informations de notre confrère de France 24 Wassim Nasr</strong></a>, spécialiste des groupes jihadistes, les négociations <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220831-burkina-faso-captive-depuis-cinq-mois-sœur-suellen-tennyson-a-recouvré-la-liberté" target="_self" rel="noopener">pour la libération de Suellen Tennyson</a> </strong>se sont faites en deux temps.

Le cabinet présidentiel de Mohamed Bazoum était à la manœuvre, avec un premier contact établi au mois de juillet. Un émissaire, proche du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (Jnim dans son acronyme arabe), rencontre un émir présent dans l’est du Burkina et ouvre une ligne de communication.

Quelques semaines plus tard, cet émissaire est arrêté par l’armée nigérienne, qui ignore tout du processus en cours et de son implication. L’émir du Jnim décide alors de faire un geste, et libère l’otage américaine.

D’après les sources de France 24, il n’y a pas eu de contrepartie financière. Le Jnim avait demandé la libération de 16 combattants, mais un seul a retrouvé la liberté : le fameux émissaire, relâché dimanche. Le groupe a ensuite renoncé à sa demande de libération de 15 autres prisonniers.

Des sources sécuritaires nigériennes ont confirmé à RFI ces négociations avec la katiba Macina (qui fait partie du Jnim). Les services nigériens ont pu récupérer Suellen Tennyson, à Makalondi, à l’ouest du Niger, non loin de la frontière burkinabè. Cela le 29 août, une semaine avant l’annonce officielle de sa libération.

Premier succès de la politique de la main tendue

L’opération aurait été mise au point sans soutien des partenaires occidentaux, précise une source proche du dossier à notre correspondant à Niamey Moussa Kaka. La religieuse a ensuite été acheminée à Niamey, où l’attendait un hélicoptère des forces spéciales américaines, informées de l’opération.

Cette libération est le premier succès majeur de la politique de négociation des autorités nigériennes avec les terroristes, amorcée depuis plusieurs mois. Le président Mohamed Bazoum avait comme objectif d’inviter les jihadistes à déposer les armes.

Le journaliste de France 24 spécialiste des questions jihadistes Wassim Nasr revient sur les conditions de libération de la sœur Suellen Tennyson

            </div>
Total
3
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :