Nigeria: Funmilayo Ransome-Kuti, une Yoruba fière et sans peur

nigeria: funmilayo ransome kuti, une yoruba fière et sans peur 612058828a487.png
nigeria: funmilayo ransome kuti, une yoruba fière et sans peur 612058828a487.png

Publié le :

Funmilayo Ransome-Kuti était la première figure féministe du Nigeria pendant la première moitié du XXe siècle. Leader politique, elle s’est levée contre les injustices faites aux femmes de sa région avant d’œuvrer à l’indépendance de son pays. Mariée à un enseignant et révérend anglican, Funmilayo Ransome-Kuti s’affranchit des conventions de l’époque. Elle devient un personnage public tout en élevant ses quatre enfants, dont le fameux musicien et chanteur Fela.

« Savoir se faire respecter. » Ce slogan résume la vie de Funmilayo Ransome-Kuti. Née en 1900, cette Yoruba est la première fille de la colonie du Nigeria à être scolarisée. Après des études en Angleterre, Funmilayo Ransome-Kuti lance les premières organisations politiques féminines. Pour Nike Ransome-Kuti, sa grand-mère reste un modèle. « Je crois qu’elle était féministe mais pas dans le sens le plus moderne. Vous savez qu’elle était juste une femme et chez le Yoruba, les femmes sont des personnalités très fortes. Ma grand-mère était un personnage fort. Elle était disciplinée, courageuse, forte d’esprit et avec une volonté de fer. Elle était prête à mourir pour ses idées. »

Funmilayo Ransome-Kuti dénonce la taxe spéciale frappant les vendeuses du marché de sa ville Abeokuta. Décembre 1947, à la tête de dizaines de milliers de femmes, Funmilayo assiège le Palais de l’Alake, le chef traditionnel. Oba Ladipo Ademola II abdique malgré le soutien des Britanniques. « Dans la culture traditionnelle Yoruba, vous vous agenouillez pour saluer une personne âgée, poursuit Nike Ransome-Kuti.. Si vous êtes une femme ou si vous êtes un [jeune] homme, vous êtes censé vous allonger sur le sol. On appelle ce geste “Idobale”. Elle était contre. Et elle m’avait dit à l’époque qu’elle ne s’agenouillait devant personne parce qu’elle estimait que nous étions tous égaux, et se prosterner était une façon de se soumettre à la volonté de quelqu’un. »

La voix de Funmilayo Ransome-Kuti a du poids. Grâce à elle, les Nigérianes obtiennent le droit de vote en 1951. Puis le Nigeria acquiert son indépendance en 1960. En 1977, son fils, le chanteur Fela, défie la dictature d’Olusegun Obasanjo. 1 000 soldats encerclent puis attaquent la maison familiale des Kuti. Funmilayo est molestée puis défenestrée du deuxième étage du bâtiment. La matriarche succombe à ses blessures l’année suivante.

« Lors de la levée de son corps, il y avait des centaines de personnes à la morgue, raconte Yeni Lawson Kuti, la fille aînée de Fela. Moi, je pensais que c’était à cause de mon père. Mais quand nous sommes arrivés à Abeokuta, les vendeuses du marché étaient toutes debout, elles patientaient devant les portes d’Abeokuta. Elles furent des milliers, des milliers à marcher et accompagner le cercueil de ma grand-mère jusqu’à l’école où s’est tenue la veillée funéraire. »

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :