Opération antidrogue « bombé » à Kinshasa: une centaine d’interpellations

opération antidrogue « bombé » à kinshasa: une centaine d’interpellations 61298edaad718.jpeg
opération antidrogue « bombé » à kinshasa: une centaine d’interpellations 61298edaad718.jpeg

Soucieuse de montrer sa détermination à frapper fort contre une nouvelle drogue en vogue parmi les jeunes de Kinshasa, la « bombé », fabriquée avec des résidus de tuyaux d’échappement, la police a interpellé une centaine de présumés consommateurs, fabricants ou dealers, présentés jeudi à la presse et aux autorités. Les ministères de la Santé et de la Jeunesse s’étaient alarmés il y a une dizaine de jours de la consommation de cette drogue artisanale, bon marché et dangereuse, avant que le président Felix Tshisekedi lui-même ne s’en inquiète au Conseil des ministres vendredi dernier et appelle à l’action.

« Des opérations spéciales ont donc été menées en vue de traquer les narcotrafiquants », a expliqué le major Alphonse Landu, chef de l’unité de lutte contre la criminalité de la police de Kinshasa, lors d’une cérémonie dans la cour du commissariat provincial.

Dans une première opération, 98 personnes ont été interpellées: 20 dépositaires et vendeurs (12 hommes et 8 femmes), 78 consommateurs (68 hommes et 10 femmes).

Tous sont là, assis par terre, penauds ou combatifs, écoutant le major décrire leurs présumés méfaits devant le gouverneur de la capitale Gentiny Ngobila, son chef de la police le général Sylvano Kasongo et quelques autres dignitaires.

Parmi les « consommatrices », Sandra, 33 ans, sourit, hausse les sourcils. « Je n’ai jamais consommé », assure-t-elle ensuite à l’AFP, affirmant avoir été injustement arrêtée « par la patrouille ».

Dans le groupe des « tenanciers et vendeurs », « Baleine » –« c’est mon surnom », dit-il – est invité comme les autres à se lever pour faire face aux autorités. Il est handicapé, quelqu’un l’aide à bouger son corps massif et se tenir sur ses béquilles.

Lui aussi affirme après la « présentation » qu’il n’a jamais dealé. « J’ai été arrêté en possession d’une simple bougie », jure-t-il. Son neveu arrêté lui aussi? « Ma tête à couper, il ne consomme même pas! »

Au milieu de l’assistance, la marchandise saisie par la police a été déposée sur deux tables.

Le major détaille: cocaïne, héroïne, chanvre à fumer, pipe et, point focal de l’opération de police, petits sachets de « poudre communément appelée bombé ». A côté des tables, un fût en plastique contient des morceaux de catalyseurs noircis, matière première dont est extraite la poussière qui, mêlée à « des produits pharmaceutiques », donne la « bombé ».

Parmi les interpellés, certains seront présentés au parquet et poursuivis, d’autres iront dans le sud-est du pays, dans un centre où sont envoyés les jeunes délinquants employés aux travaux des champs.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :