Où sont donc les « Desmond Tutu » d’aujourd’hui ?

où sont donc les « desmond tutu » d’aujourd’hui ? 61d1036c82499.png
où sont donc les « desmond tutu » d’aujourd’hui ? 61d1036c82499.png

Publié le :

                Que reste-t-il comme figure charismatique et autorité morale à l'Afrique, après la disparition du Prix Nobel de la Paix 1984 ? Ne pas se poser la question, c'est fuir la réalité.                </p><div readability="139.94215876089">

                <p><strong>C’est donc la dernière grande figure de son histoire que le peuple sud-africain porte en terre, ce 1<sup>er</sup> janvier 2022. Desmond Tutu s’était, certes, effacé devant Nelson Mandela, mais il était d’une toute aussi grande envergure, dites-vous. En quoi donc était-il comparable à Mandela ? </strong>

On court toujours le risque de se perdre dans des considérations inconsistantes, lorsque l’on s’égare à vouloir comparer des personnalités d’une telle dimension. Desmond Tutu lui-même avait bien défini les rôles. A coups de références bibliques, il avait précisé, alors que Mandela venait de sortir de prison, que sa mission, à lui, était d’ouvrir la voie, d’aplanir le chemin, afin que puisse entrer en scène le véritable élu. Il n’empêche. Ce que le monde retient de l’unique mandat de Mandela, c’est le travail accompli par Monseigneur Tutu à la tête de la Commission Vérité et Réconciliation, pour panser les plaies, alors que l’on ne donnait pas cher de l’avenir de ce pays.

Puisque nous ne sommes pas loin du trop plein d’éloges, aussi avisés que dithyrambiques, et certainement très beaux, peut-être vaudrait-il mieux s’interroger sur l’après-Desmond Tutu, en Afrique du Sud et sur tout le continent. Qui donc pleureront, demain, les Africains, comme ils pleurent aujourd’hui Desmond Tutu ? Quels Africains rassemblent, aujourd’hui, les qualités qui ont fait de l’ancien archevêque du Cap une telle icône, respectée sur tous les continents ?

On trouvera bien quelques figures, même si elles n’ont pas toute la stature d’un Mgr Tutu !…

C’est bien là tout le problème. Ce n’est pas un luxe, pour un peuple, d’avoir, par génération, quelques personnalités de cette envergure. Lorsque l’on n’en trouve pas, et que l’on doit se contenter… de deux classes en-dessous, c’est que la société stagne, pire, qu’elle recule. On ne demande à personne d’avoir accompli l’intégralité de ce qu’a réussi l’archevêque. Mais des femmes et hommes qui contribuent à élever la conscience, la fierté nationale, il en faut, pour avancer.

Desmond Tutu avait à peine cinquante-deux ans lorsqu’il a reçu le Prix Nobel de la Paix pour son implication contre l’injustice que subissait son peuple, les innombrables sacrifices consentis au péril de sa liberté, parfois même de sa vie. Et jusqu’à son dernier souffle, il n’a cessé de mettre cette notoriété au service de l’Afrique.

Peut-être que quelques icônes surgiront, au fil des événements, au tournant de l’Histoire…

Il se trouve que dans ce domaine en particulier, tout ce qui relève de la génération spontanée est suspect et souvent éphémère. Bien sûr que des Africains rêvent du destin de Desmond Tutu. Mais, planifier sur son ordinateur comment devenir une telle icône est une imposture. Car le chemin, pour parvenir à ces cimes, implique constance et persévérance. Et puis, devenir un Desmond Tutu ne peut pas être l’objectif, la finalité d’une vie.

Seuls le désintéressement, l’humilité, la bonté, le sens de l’intérêt général, le souci de l’autre, la simplicité et tant d’autres qualités que nous avons entendu vanter depuis une semaine, peuvent, avec le temps, faire de vous un tout petit Tutu. Car ce n’est pas un chantier sur lequel l’on se convaincrait d’avoir bientôt fini. Il faut travailler sans relâche et sans calcul. Lorsque vous arrivez au sommet, ce n’est pas vous, mais les autres qui apprécieront ce que vous avez accompli, ce que vous êtes. Ensuite, vous ne pouvez pas dormir sur vos lauriers, car ils peuvent vite se flétrir.

Desmond Tutu ne courait pas frénétiquement après les honneurs, la lumière : il est parti sans avoir compris pourquoi la reconnaissance, la gloire, les honneurs lui ont été donnés et, par-dessus tout, l’amour de son peuple, qui le pleure à chaudes larmes.

            </div>
Total
32
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :