Ouganda: la CPI ouvre l’audience sur l’appel de Dominic Ongwen, enfant soldat devenu chef rebelle

ouganda: la cpi ouvre l’audience sur l’appel de dominic ongwen, enfant soldat devenu chef rebelle 6209b2a51f8c5.jpeg
ouganda: la cpi ouvre l’audience sur l’appel de dominic ongwen, enfant soldat devenu chef rebelle 6209b2a51f8c5.jpeg

Publié le :

                Un an après avoir été déclaré coupable, Dominic Ongwen retourne à partir de lundi 14 février devant les juges de la Cour Pénale Internationale, qui vont entendre les arguments de son appel. L’ancien chef de guerre des rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur avait été condamné par la CPI à 25 ans de prison pour crimes de guerre et contre l’humanité.                </p><div readability="55.52041477641">

                <p>Les magistrats de la Cour pénale internationale (CPI) veulent se donner le temps avant de décider s’il y aura <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20210204-cpi-dominic-ongwen-l-un-des-principaux-commandants-de-la-lra-reconnu-coupable-de-crimes-de-guerre" target="_self" rel="noopener">un procès en appel</a></strong>. Toute la semaine, les cinq juges vont donc écouter Dominic Ongwen et ses avocats présenter <strong><a href="https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210415-ouganda-dominic-ongwen-s-exprime-pour-le-première-fois-lors-de-son-procès-à-la-cpi" target="_self" rel="noopener">leurs arguments</a></strong>. Et il y en a, car la défense a dénoncé plus d’une centaine de motifs d’appel : des erreurs procédurales, factuelles et juridiques. Soit, selon la juridiction, le plus grand nombre de points jamais soulevés à la CPI après une condamnation.

Tout cela « entraîne des problèmes nouveaux et complexes », a déclaré l’institution judiciaire, en annonçant cette nouvelle série d’audiences.

Pas étonnant donc que les magistrats aient demandé de l’aide. Ainsi, plusieurs « Amicus Curiae » – soit des amis de la cour – seront entendus. Il s’agit le plus souvent de personnalités ou organismes sans lien avec les protagonistes, qui viennent apporter des informations ou des opinions pouvant aider les magistrats à trancher.

En tout cas, l’appel de Dominic Ongwen comprend une part de risque, puisqu’il est accusé de crimes de guerre et contre l’humanité. Or la CPI avait été relativement clémente en lui infligeant 25 ans de détention. Les juges avaient notamment pris en compte son enrôlement forcé par la LRA et son passé d’enfant-soldat.

            </div>
Total
1
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :